Des turbulences pour Etihad Airways


La compagnie d’Abu Dhabi Etihad Airways avait semblé en position de tout rafler dans le transport aérien mondial, pour faire la pièce à son homologue des Emirats qui pèse quand même quatre fois son chiffre d’affaires.

Cette situation a paru inacceptable aux autorités de la capitale de UAE (United Arab Emirates). Une simple capitale d’une province ne pouvait pas être plus forte que celle de l’Etat. C’est pourtant bien ce qui est arrivé et Dubaï est maintenant plus connue et courtisée qu’Abu Dhabi et cela est dû en grande partie à sa compagnie drapeau : Emirates.

Alors Etihad s’est lancée dans une furieuse boulimie d’achats de compagnies aériennes, seule façon de faire grandir rapidement son bilan. Quoiqu’elle en dise, elle a été bien aidée par un énorme prêt consenti par la famille régnante d’Abu Dhabi, sans intérêts et remboursable à partir de 2025, si je ne m’abuse.

L’affaire pouvait avoir du sens à la condition d’avoir du flair quant aux achats effectués.

Pour mener à bien l’opération, les propriétaires ont fait appel à James Hogan dont le moins qu’on puisse dire est qu’il n’a aucun état d’âme. Il a successivement servi, dans le désordre, Ansett, BMI, Gulf Air, Hertz, et j’en passe, avant de rejoindre Etihad en septembre 2006 en tant que CEO.

Bref, l’homme est expérimenté et manifestement capable de développer la compagnie à marche forcée.

Les annonces d’achats d’avions sont d’ailleurs à la hauteur des ambitions affichées : en 2008 la compagnie passe la plus grosse commande d’appareils jamais enregistrée puisqu’elle porte sur 205 machines pour une valeur de 43 milliards de dollars.

Et la croissance ne s’arrête pas là. En 3 ans le groupe Etihad prend des participations fortement minoritaires dans pas moins de 8 transporteurs dont Alitalia, Air Berlin, Jet Airways ou Air Seychelles.

Et voilà bien le piège dans laquelle elle est tombée car elle s’est immédiatement affrontée à 3 écueils. D’abord les participations ont toutes été prises dans des transporteurs en grande difficulté qui avaient besoin non seulement de cash, mais d’un support financier capable d’assurer les fins de mois.

Ensuite, pour des raisons qui tiennent aux réglementations étatiques, aucune de ces participations ne pouvait être majoritaire, de sorte qu‘Etihad est priée d’assurer les fins de mois sans pour cela pouvoir diriger les compagnies.

Enfin les participations ont été très disparates et il est pratiquement impossible de faire travailler ensemble des compagnies de cultures aussi différentes.

Ainsi il vaut mieux oublier d’éventuelles synergies.

L’affaire aurait pu durer si le cours du pétrole ne s’était brutalement retourné à partir de 2013. La manne financière déversée sur l’Emirat d’Abu Dhabi s’est vue du coup amputée de la moitié, ce qui a eu pour conséquences l’arrêt des sommes disponibles pour soutenir la stratégie de conquêtes extérieures. Il devient donc urgent de démonter le meccano. Mais ce n’est pas si simple.

Aer Lingus a pu être revendue au groupe IAG, mais la participation d’Etihad n’était que de 3 %. Pour le reste, il faut réaliser le désengagement et James Hogan n’était alors plus la personne idoine. Son remplacement est annoncé le 24 janvier de cette année pour devenir effectif en fin 2017.

On dit cependant qu’il aurait déjà quitté la compagnie, son intérim étant réalisé par Peter Baumgartner.

Mais on voit une nouvelle personnalité arriver dans le jeu, même si rien n’est pour le moment confirmé. Il s’agit de Christoph Mueller. Ce dernier est toujours appelé lorsque les affaires vont plutôt mal. C’est ainsi qu’il a été amené à redresser Aer Lingus et qu’il a été appelé à prendre le commandement de Malaysian Airlines dans une période particulièrement difficile.

Il n’a manifestement pas réussi à imposer sa stratégie aux autorités du pays et en a tiré les conséquences et quittant sa position. Le voilà maintenant disponible pour un nouveau challenge qui s’annonce tout de même très délicat.

Une autre personnalité va également se retrouver en difficulté : c’est Bruno Matheu. L’ancien numéro 2 ou 3 d’Air France/KLM avait pris la présidence de la société créée par Etihad pour gérer ses participations dans les compagnies aériennes. Comment pourrait-il rester en place au moment où il s’agit de détricoter ce qu’il était amené à gérer ?

Bref, le groupe Etihad s’apprête à traverser une période particulièrement difficile juste au moment où les décisions prises par le nouveau Gouvernement Américain conduisent à une diminution sensible du trafic sur l’axe Golfe/USA.

Il faudra bien toute la sagacité des nouveaux dirigeants pour traverser cette passe sans trop de casse.

Jean-Louis Baroux





    3 commentaires pour “Des turbulences pour Etihad Airways

    1. AbouDhabi , un siècle de réserves pétrolières , Dubai , 20 ans selon les experts . Ne cherchez pas ailleurs . Dubai survivra car c’est une commerçante depuis des siècles , Abou Dhabi par son hegemonie financiere et pétrolière restera le fer de lance de la fédération et les autres petits emirats vassalisés feront ce qu’ils pourront avec les resorts hôteliers en développement. Vous avez omis Al Fujeira qui en ce moment aligne des barres de béton aussi pour attirer les touristes ( Fairmount, Radison, Starwood, etc).
      Bravo pour cet article en tout cas.

    2. les compagnies du Golfe se font une concurrence féroce de nos jours et elles sont sous pression en raison d’un prix bas du baril de pétrole (à l’exception du qatar qui a en plus d’immenses réserves de gaz).
      Qu’en est-il de la synergie entre Etihad Airways et d’Alitalia : cette dernière est au bord de la faillite .
      Abou Dhabi n’est qu’à 2H de route de Dubai , cette ville accueille chaque année des millions de visiteurs de plus en plus nombreux chaque année .
      Abou Dhabi est et va devenir la capitale culturelle des Emirats Arabes Unis (E.A.U), avec la magnifique mosquée Zayed, le Musée Guggenheim, le Grand Louvre,le Ferrari Expo, qui espérons va accroître de façon significatif les touristes européens ; Mais il n’empêche pas que la situation financière des compagnies aériennes du Golfe sera fragile car toutes ces compagnies se télescopent et s’entrecroisent ; Etihad c’est Abu Dhabi, Emirates c’est Dubai, Qatar Airways pour le Qatar,Oman Air pour Mascate, Gulf air pour Bahrein ; à cela il faut rajouter les low-cost de FlyDubai et d’Air Arabia. Qui va gagner la bataille ? A 1H de route à l’Est de Dubai, les Emirats de Sharja , d’Ajman et Ras Al Khaimah sont en plein expansion avec la construction d’immenses complexes touristiques et balnéaires, notamment pour accueillir touristes Russes et Chinois .Alors, qui va gagner la bataille des airs ? et dans tout cela, Air France est en perte de vitesse …./:Michel DEPARIS

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Bonnes vacances à tous !

Bonnes vacances à tous !

1652 vues
15 juillet 2019 0

Toute la rédaction de La Quotidienne vous souhaite de joyeuses vacances d’été et vous...

Comment satisfaire ces touristes en mal de sensations ?

Comment satisfaire ces touristes en mal de sensations ?

2357 vues
12 juillet 2019 0

On pourrait croire que les touristes seraient effrayés par l’éruption d’un volcan ou un...

Départs de dernière minute : il reste encore des places en Tunisie

Départs de dernière minute : il reste encore des places en Tunisie

2142 vues
11 juillet 2019 0

Selon les professionnels de la distribution des voyages, notamment sur internet, les réservations traitées...