Tunisair, une Gazelle à bout de souffle ?


Le 2 septembre 2020, l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) en Tunisie a accordé sa confiance à un nouveau gouvernement présidé par M. Hichem Mechichi et ayant pour ministre des transports M. Moez Chakchouk. Un gouvernement de technocrates appelé au chevet d’un pays connaissant des difficultés économiques, financières et sociales croissantes depuis la révolution de 2011. Le dossier et le sort des compagnies nationales à forte difficultés financières figurent parmi les priorités du nouveau gouvernement. Tunisair qui a pour emblème la Gazelle est concernée et retient son souffle dans l’attente du verdict du nouveau gouvernement.

Il est à noter que le gouvernement sortant a laissé pourrir un peu plus le dossier avant de transmettre la patate chaude au nouveau gouvernement Mechichi et au ministre des transports Moez Chakchouk qui auront la lourde responsabilité d’instruire ce dossier et de décider de l’avenir de la compagnie.

Un bras de fer a même eu lieu avec l’ancien ministre tunisien des transports Anouar Mâarouf et s’était soldé par le limogeage du Président Directeur Général de Tunisair ELyes Mnakbi le 06 juillet dernier et la nomination d’un administrateur délégué par l’Etat qui assure à ce jour l’interim.

Les indicateurs financiers de la compagnie se sont depuis lourdement détériorés du fait de la crise du Covid avec une baisse minimale de son activité et de ses revenus de l’ordre de 70 % par rapport à la même période de l’année précédente.

L’Etat devra se prononcer sur les plans de redressement approuvés mais jamais mis en application pour faute de moyens par les gouvernements précédents.

A l’ordre du jour sur le bureau de Moez Chakchouk ministre des transports tunisien :  la validation d’un changement du mode de gouvernance de la compagnie avec la séparation de la fonction du Président du Conseil d’Administration de celle de la direction générale opérationnelle à l’instar de ce qui a été fait pour les banques publiques en Tunisie.
une augmentation de capital,
la validation d’un nouveau plan d’affaires actualisé prenant en compte une réduction sensible des effectifs salariés.

La concrétisation de l’octroi de la garantie de l’état accordée par le gouvernement précédent pour contracter des emprunts et régler les problèmes en suspens avec certains de ses fournisseurs.

Rappelons que Tunisair a un total de 27 avions dont seule une douzaine reste en exploitation faute d’entretien du restant de la flotte. Même pour les avions opérationnels l’exploitation reste au ralenti avec un minimum d’heures de vols quotidiens par appareil et des taux de remplissage en dessous de 50 %, en forte baisse du fait de la pandémie du Covid-19.

Tunisair a néanmoins confirmé le maintien du programme de rajeunissement de sa flotte avec l’acquisition de 5 Airbus A320 néo avec la livraison prévue de 2 avions en 2021 (Juillet et septembre), 2 avions en 2022 et un avion en 2023.

Par ailleurs, l’Association Internationale du Transport aérien IATA, a appelé, dès juin 2020, le gouvernement tunisien à bien vouloir envisager des mesures d’aides financières spécifiques à l’aviation pour que le secteur soit en mesure de générer la reprise économique post Covid-19.

Les difficultés spécifiques à Tunisair s’ajoutent à celles d’un secteur du transport aérien fortement impacté par la crise du Covid et des performances en fort recul du secteur du tourisme en Tunisie.

Pour les 9 premiers mois de 2020, la Tunisie aurait enregistré une baisse de 60 % de ses recettes touristiques avec 1,56 milliard de dinars (491,4 millions d’euros, selon les chiffres donnés par le ministère) du 1er janvier au 20 septembre 2020.

La situation est difficile pour la compagnie et pour l’avenir du pavillon tunisien mais cette crise donne l’opportunité au nouveau gouvernement de trancher en coupant définitivement avec le passé, faire accepter ses conditions aux partenaires sociaux et relancer la compagnie sur la base d’un nouveau plan d’affaires moderne, fiable et financièrement rentable.

Le nouveau gouvernement aura tout de même tous les atouts de son côté pour faire passer sa vision et réussir ce sauvetage car la situation au quotidien est devenue intenable et parce que la solution miracle n’existe pas.

Toutes les autres alternatives, y compris celle de la venue peu probable d’un nouvel actionnaire majoritaire, ne se feront pas sans lourdes concessions et grandes pertes pour la compagnie, son personnel et pour le pavillon national tunisien plus globalement qui en sortira le plus grand perdant.

Rappelons que la Tunisie a rouvert ses frontières depuis le 27 juin et qu’à ce jour les touristes français voyageant dans le cadre de forfaits (vol + transfert + hôtel) achetés auprès d’un Tour-opérateur sont exemptés du test PCR et de l’auto-confinement obligatoires mais doivent respecter scrupuleusement le protocole sanitaire en vigueur dès leur arrivée sur le sol Tunisien et tout au long du parcours.

Hakim Tounsi,
Président du tour opérateur Authentique





    5 commentaires pour “Tunisair, une Gazelle à bout de souffle ?

    1. LAISSER UN COMMENTAIRE !!!!
      IL FAUDRAIT POUVOIR,LE MIEN A COMPLÈTEMENT ÉTÉ ÉFFACÉ ET POURTANT, IL POINTAIT DU DOIGT TUNISAIR POUR L’ABSENCE TOTALE DE COMMUNICATION ,NÉANMOINS,IL AURAIT ÉTÉ ENRICHISSANT POUR LA COMPAGNIE AVEC LA SUGGESTION OU PLUTÔT LA PROPOSITION QUE JE LUI FAISAIS.
      À CROIRE QUE TUNISAIR S’ENFERME DANS UN MUTISME QUI L’ENFONCE CHAQUE JOUR UN PEU PLUS

    2. Situation bien triste en effet,MAIS…
      Outre la situation financière difficile de TUNISAIR connue de tous et extrêmement difficile à gérer pour trouver la SOLUTION,TUNISAIR ,dans un communiqué de presse a annoncé qu’il gérerait la crise du COVID à sa manière et selon ses lois.
      Oui,MAIS…Si c’est son droit,pourquoi pas.
      Et SES LOIS comprenaient également le droit de ne pas RÉPONDRE AUX DEMANDES DE SA CLIENTÈLE quitte à les IGNORER complètement ; de tout côté,TUNISAIR – TUNIS,TUNISAIR -FRANCE,FIDÉLYS,TOUT ,absolument TOUT était vérrouillé( courriers,courriels,messageries); TUNISAIR ne connaissait plus sa clientèle.
      Aussi,à défaut de pouvoir ASSUMER financièrement,ce qui peut être compréhensible,le MINIMUM aurait été de ne pas fermer leurs portes à double tour et n’ont fait que se renvoyer la balle entre le siège et les agences et leurs Revendeurs de billets d’avion.
      Client depuis 15 ans chez TUNISAIR et membre de FIDÉLYS,j’ai moi- même boudé cette Compagnie qui a COMPLÈTEMENT laisser tomber sa clientèle et mis à mal sa CRÉDIBILITÉ et sa RÉPUTATION en tant que Compagnie Nationale représentante de son pays,LA TUNISIE.
      ( J’ai pu enfin OBTENIR une réponse non pas de la part de TUNISAIR mais de ses Revendeurs à coups de RELANCES et de MENACES…C’est NORMAL,ça,NON).
      Pour se RÉCONCILIER avec elle,je vais faire la demande suivante: J’ai 2 AVOIRS REMBOURSABLES AU BOUT D’UN AN et délivrés par un de ses Revendeurs;néanmoins,ce sont des AVOIRS valables pour des vols à effectuer sur les lignes de TUNISAIR.
      Je vais FAIRE LA DEMANDE à TUNISAIR de m’OCTROYER le DROIT de CÉDER ces AVOIRS à une personne Tunisienne de mon choix et donc de remettre ces AVOIRS à un autre bénéficiaire à la place d’en demander le REMBOURSEMENT pour moi- même.
      L’OPÉRATION se soldera par UN ARRANGEMENT À L’AMIABLE où TUNISAIR se RETROUVERA COMPLÈTEMENT GAGNANT puisqu’en échange,il aura juste à délivré des billets d’avion sur ses lignes intérieures tunisiennes et n’aura donc RIEN À DÉBOURSER.
      JE NE MANQUERAIS PAS ,EN TOUT CAS,DE DIFFUSER LEUR RÉPONSE,SI RÉPONSE IL Y A,LORS D’UN PROCHAIN COMMENTAIRE À VENIR.

    3. Malgré un service déplorable, nous continuons à emprunter les vols de Tunisair donc à lui apporter de l’argent mais qu’en est-il des suppressions d’emploi qui étaient préconisées depuis plusieurs années ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Tourisme et transport : Le trafic entre le royaume uni et l’Europe en grand danger

Tourisme et transport : Le trafic entre le royaume uni et l’Europe en grand danger

1486 vues
19 octobre 2020 0

Le secrétaire britannique aux Transports, Grant Shapps, a sonné l’alarme la semaine dernière lors...

On a testé le circuit safe tourism en Autriche. En vrai.

On a testé le circuit safe tourism en Autriche. En vrai.

2220 vues
16 octobre 2020 0

Avec la Covid-19 et ses évolutions imprévisibles, une inquiétude légitime a envahi nombre de...

Des billets d’avions en pleine zone de turbulences

Des billets d’avions en pleine zone de turbulences

1658 vues
15 octobre 2020 0

La rentrée de septembre a été passable, en matière de vols secs. C’est le...