Trois questions à : Bashni Muthaya, Directrice Europe de l’office d’ Afrique du Sud


Avec une prise de fonction mi-août à Paris, Bashni Muthaya a plongé très vite dans le grand bain lors du salon IFTM Top résa, ce fut l’occasion de prendre ses marques avec le marché européen.

La nouvelle directrice de South African Tourism travaille au sein de SA Tourism depuis 2002. Après avoir été en poste au Royaume Uni comme directrice régionale pour l’Europe, Bashni Muthaya a également occupé le poste de directrice générale du département de la recherche stratégique.

« C’est une vraie fierté pour moi de prendre cette fonction et de lancer ce nouveau hub pour l’Europe du Sud à Paris. Le nombre d’arrivées de Français et d’Italiens en Afrique du Sud est en hausse au départ de ces deux marchés, avec une augmentation de 13,0 % pour les Français, et de 17,9 % pour les Italiens selon les chiffres d’avril 2016. », a commenté Bashni Muthaya.

La Quotidienne.fr : Qu’elle sera votre rôle sur le marché européen ?

Bashni Muthaya: En juin 2016, South African Tourism a décidé la création d’un hub pour l’Europe du Sud. Basé à Paris, ce hub englobe pour l’instant les marchés italiens et français, nous allons étudier également le marché espagnol ensuite.

La Quotidienne.fr: Qu’elle sera votre stratégie ?

La stratégie de hub fait partie intégrante de notre objectif visant à optimiser les dépenses marketing sur les marchés où opère South African Tourism. En créant un système de hub South African Tourism redéfini ses priorités au niveau de son portefeuille de marchés et de ses opérations marketing.

3 axes sont développés

 Réduction des frais généraux en mutualisant

 Amélioration des performances marketing

 Optimisation du retour sur investissement sur ses marchés.

La Quotidienne.fr : Quid du marché français ?

La France est un pays qui compte beaucoup pour le tourisme sud-africain, c’est notre 4ème marché émetteur long-courrier. De janvier à juin 2016 nous avons eu 68 053 arrivées contre 60310 l’an passé, c’est 12,8 % de plus la même période et l’année n’est pas terminée …

Les Français aiment nos mélanges de culture, de nature, de gastronomie, mais aussi nos influences sur l’art, la mode en particulier. Je pense que le potentiel est encore très important sur le marché français.

Concernant l’hôtellerie, pas de grandes nouveautés cette année si ce n’est le Groupe Marriot qui va ouvrir plusieurs complexes au Cap et à Johannesbourg dans le cadre d’un vaste programme immobilier Melrose Arch.

Au delà des safaris, l’ Afrique du Sud propose d’autres axes de développement, comme la culture ou la gastronomie. La région de Johannesbourg mérite le détour, tout comme les routes de Madiba, ou la route des vins. La Cap reste notre destination phare pour une première visite.

Propos recueillis par Robert Kassous





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Pourquoi en Suède le tourisme fonctionne encore normalement

Pourquoi en Suède le tourisme fonctionne encore normalement

2125 vues
2 avril 2020 1

Quelque trente mille personnes se sont rendues le week-end dernier à Sälen,  la principale...

Le Japon peut-il encore sauver son tourisme ?

Le Japon peut-il encore sauver son tourisme ?

1348 vues
1 avril 2020 0

Les statistiques du JNTO concernant l’année 2019, publiées le 19 mars dernier, révèlent que...

Covid-19 : Encore quatre morts sur une croisière au Panama

Covid-19 : Encore quatre morts sur une croisière au Panama

2166 vues
31 mars 2020 0

Le Covid-19 fait des ravages sur un bateau de croisière de la Holland America...