Touristes bloqués en Israël, hôteliers insensibles, compagnies absentes


Les médias internationaux se font l’écho de la situation chaotique que vivent de nombreux touristes coincés en Israël, après le début de la guerre avec le Hamas, samedi dernier. Leurs compagnies aériennes ont suspendu leurs vols, leur ont proposé des remboursements et les ont laissés « bloqués » dans leurs hôtels, qui, bien entendu, leur facturent leur séjour.

Certains pays, dont la France, ont affrété des avions pour évacuer les personnes coincées. Dans certains cas, les gouvernements facturent en moyenne 350 euros pour cette évacuation.

La compagnie aérienne israélienne El Al continue de fonctionner, même si la régularité des services est altérée par la fermeture de l’espace aérien et des aéroports.

De leur côté, ceux qui ont annulé leur vol le dimanche suivant le début du conflit ont évité de compliquer les choses, mais d’autres qui ont continué à fonctionner ont vendu des sièges pour ces jours-là jusqu’à finalement annuler le vol. C’est-à-dire qu’ils ont fait payer les vols aux touristes déjà piégés et qu’ils ne pourront finalement pas fournir le service.

Aujourd’hui, ils se plaignent aux journalistes que la récupération de l’argent, normalement très important, prend des jours, et qu’ils doivent donc s’endetter pour quitter le pays.

La Grande-Bretagne avait précédemment déclaré qu’elle n’organiserait pas de vols d’évacuation parce que les routes commerciales étaient toujours disponibles, et qu’elle n’expulserait que les familles des diplomates britanniques travaillant en Israël.

Depuis que le groupe militant palestinien Hamas a perpétré l’attaque, de nombreuses compagnies aériennes internationales ont suspendu leurs vols à destination et en provenance de Tel Aviv, et il est devenu de plus en plus difficile d’obtenir des réservations de vols.

Il existe encore des liaisons aériennes vers l’Égypte, qui constituent la voie de sortie la plus simple lorsqu’elle est accessible.

Depuis le Caire, il existe des liaisons vers davantage de destinations et à des prix plus normaux.

La situation est grave dans le cas des touristes d’origine lointaine, qui se retrouvent piégés par les annulations et sans qu’il soit facile de trouver des correspondances alternatives.

En fin de semaine dernière, un vol est arrivé à Rome avec 49 Argentins dispersés dans divers endroits d’Israël, compte tenu des liens familiaux intenses entre les deux pays.

Depuis Rome, le retour est encore u peu plus facile.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Spiritourisme aux îles de Guadeloupe : Le Cediv l’a testé pour vous

Spiritourisme aux îles de Guadeloupe : Le Cediv l’a testé pour vous


10 juin 2024 0

Dans le cadre de sa dernière convention nationale, qui s’est achevé hier dimanche, le...

Convention Cediv 2024 en Guadeloupe : une belle solidarité en rang serré

Convention Cediv 2024 en Guadeloupe : une belle solidarité en rang serré


7 juin 2024 1

La Convention nationale du Cediv se poursuit dans les îles de Guadeloupe dans la...

Convention Cediv îles de Guadeloupe 2024 : Une stratégie qui porte ses fruits

Convention Cediv îles de Guadeloupe 2024 : Une stratégie qui porte ses fruits


6 juin 2024 0

Après un vol sans histoire sur les lignes de Corsair, les 180 participants à...