Thermalies, une bouffée d’oxygène pour le tourisme


Comme tous les ans, la première version 2019 du Salon des Thermalies a eu lieu à Paris dans les vastes espaces du Carrousel du Louvre pendant 4 jours du 24 au 27 janvier dernier. Et comme tous les ans, les habitués sont venus en nombre pour réserver leurs cures thermales ou leurs séjours thalasso avec remises et avantages. Et pour tous ceux qui résident dans la région Lyonnaise, la deuxième édition des Thermalies aura lieu dans la Capitale des Gaules, à la Sucrière (49-50 quai Rambaud – Lyon 2ème) du 8 au 10 février prochain.

Dans la zone réservée aux établissements thermaux, les clients savent le plus souvent exactement vers quel établissement se tourner à cause de leurs besoins thérapeutiques. Du coté Thalasso, la clientèle est plus curieuse et se renseigne sur les différentes options de destination.

Certains veulent revenir absolument dans le même établissement, mais d’autres préfèrent mettre à profit leur envie d’un séjour thalasso détente et bien être pour découvrir une nouvelle région de France. Mais pas seulement, car plusieurs pays sont venus pour présenter leurs offres.

A l’entrée du salon, la Jordanie fait une belle promotion de ses produits de la Mer Morte, l’Italie non loin de là est tournée vers ses stations thermales, tandis que la Tunisie a réuni ses exposants sur un grand stand.

A noter aussi la présence d’un tout nouvel établissement marocain le Vichy Célestin Spa Hôtel qui vient d’ouvrir ses portes à quelques kilomètres de Casablanca en bordure de mer. Sur son site de 500 hectares on y trouve un golf de 18 trous (ouverture en juin prochain) et avec ses130 chambres et suites luxueuses, ses 5 piscines, son Wellness Center de 3.000m2 qui comprend avec 32 cabines de soins un plateau haute technologie avec cryothérapie.

Le Vichy Célestin Spa Hôtel de Casablanca va vite devenir un incontournable de la thalasso avec l’avantage de bénéficier en plus de la qualité des soins Vichy Celestin, de l’image réputée de l’hospitalité marocaine et d’un climat ensoleillé très attractif.

Sur le stand des Thermes Marins de Saint-Malo, son fondateur Serge Raulic, l’œil vif et le pas ferme, salue connaissances et amis sans même prendre le temps de s’assoir. Sûrement le plus bel exemple de l’efficacité de la thalassothérapie. Depuis déjà plusieurs années c’est son fils Olivier qui a repris les rênes du groupe familial.

Cette année, sur le stand les tablettes informatiques ont remplacé les brochures et les grands carnets de commande dont on se demandait toujours si on avait appuyé assez fort pour que la 3ème copie soit lisible. En quelques clics il est facile de présenter en détails les programmes de soin – il y en a plus de 40 – et les hébergements qui sont aussi nombreux que variés. Et avec l’imprimante connectée les contrats sortent en une minute et sont très lisibles, ce qui est très apprécié par les clients. Et cela évite un gâchis de brochures.

Le Grand Hôtel des Thermes 5* avec ses 177 chambres et suites, est le navire amiral des Thermes Marins de Saint-Malo. La Résidence Neptunia qui lui est directement relié dispose de 23 studios très confortables et lumineux. Mais le groupe offre environ 200 autres logements supplémentaires, de la chambre classique à des appartements pouvant convenir jusqu’à 6 personnes, au sein de ses autres établissements hôteliers, l’Hôtel Le Nouveau Monde 4*, les hôtels Antinéa et Jersey 3*, la Résidence Reine Marine 4* et la Villa des Thermes (8 appartements) typique exemple de villa balnéaire malouine.

Pour 2019 les Thermes Marins de Saint-Malo propose un nouveau séjour « Mer et Equilibre » qui associe soins Thalasso et Spa avec des activités physiques, aquacycling et marche d’oxygénation. Cette dernière se passant en extérieur avec un coach dédié.

Chez Relais Thalasso, groupe qui gère 4 beaux établissements à Bénodet, La Baule-Pornichet (le splendide Château des Tourelles 4*), l’Île de Ré et aux Sables d’Olonne, les mois derniers ont été mis à profit pour rénover entièrement les installations techniques du Relais Thalasso Bénodet qui va rouvrir refait à neuf dès le mois d’avril.

Sur le stand Thalazur et ses 9 établissements, l’annonce deux jours auparavant de l’obtention par Jeremy Czaplicki pour son restaurant Les Oliviers de l’Hôtel et Spa Île Rousse 5* d’une étoile au Michelin, donnait le sourire à toutes les équipes, et permettait de rappeler à tous que les séjours « Thalasso » et « Spa » ne sont absolument pas synonymes de brimades alimentaires. Bien au contraire le plaisir d’une nourriture raffinée à base des meilleurs produits frais de saison fait partie quasi intégrante du bien-être, ce fameux Wellness dont parlent les magazines et que recherchent la clientèle des centres de thalassothérapie.

C’est ce qu’ont pu vérifier les invités de la traditionnelle soirée Thalazur d’avant salon, où les chefs de leurs différents établissements font goûter quelques unes de leurs recettes gastronomiques. Personnellement, j’ai particulièrement apprécié l’exceptionnelle délicatesse de la cuisine du Chef du Thalazur Ouistreham. Et je ne devais pas être le seul car j’en ai remarqué un certain nombre qui y faisait quasiment du sur-place!

Coté grands travaux pour 2019 c’est le Thalazur St-Jean-de-Luz, intégré au groupe courant 2014, qui va être totalement rénové (hôtel et thalasso) en fin d’année et qui donc sera fermé à partir de septembre 2019 pour une durée d’au moins 9 mois.

Dans la partie du Salon dédiée aux établissements thermaux, impossible de passer à côté de La Chaine Thermale du Soleil, le 1er groupe thermal au monde avec ses 20 stations thermales en France.

Le groupe fondé par Adrien Barthélémy en 1947 est resté une structure strictement familiale. Eléonore Guérard, petite fille d’Adrien Barthélémy, a pris les rênes du groupe en tant que Présidente tandis que sa sœur Adeline Guérard en est la Directrice Générale.

La Chaîne Thermale du Soleil a reçu plus de 200.000 curistes l’année dernière dans ses stations qui vont de la petite station de Cransac-les-Thermes à celle de Gréoux-les-Bains, la plus grande du groupe, en passant par Molitg-les-Bains, berceau originel du groupe, sans oublier l’iconique station d’Eugénie-les-Bains avec la table triplement étoilé de Michel Guérard (père d’Eléonore et d’Adeline) pour son restaurant Les Près d’Eugénie.

Tout autour de nombreuses stations autres thermales indépendantes attiraient une clientèle affairée à trouver celle qui correspondrait le mieux à leurs besoins de curistes.

Frédéric de Poligny





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Ce que ne verra plus Karl Lagarfeld en matière de Tourisme

Ce que ne verra plus Karl Lagarfeld en matière de Tourisme

1054 vues
21 février 2019 0

Karl Lagerfeld a manqué l’inauguration de son dernier hôtel. Le créateur de mode et...

Voyages sur internet : Travelzoo montre les crocs

Voyages sur internet : Travelzoo montre les crocs

1215 vues
20 février 2019 0

Travelzoo, le média 100 % digital (full digital diront certains pour faire branché) vient...

Les courts séjours, le nouvel axe touristique d’ Oman

Les courts séjours, le nouvel axe touristique d’ Oman

1355 vues
19 février 2019 2

Rania Khodr, la directrice de l’Office du Tourisme du Sultanat d’Oman à Paris peut...