Au Rwanda, danser sur un volcan ne tient qu’à un fil


Le projet de téléphérique du volcan Kalisimbi, est le deuxième ouvrage de cette nature sur l’ensemble du continent africain (Afrique du Sud). C’est la Société italienne « Leitner Group » qui sera chargée de construire cette infrastructure hors norme de transport et de communication.

Le projet constituait un véritable défi de par la nature même du site. En effet, le volcan Kalisimbi est la plus haute montagne du pays. Culminant à 4 507m d’altitude, il représente aussi le quatrième sommet du continent.

La faisabilité, les études économiques et financières ont été réalisées par la Société Beed Management Pvt. Ltd dont le siège est au Népal.

rwanda 3Leitner Group est un spécialiste de la construction d’infrastructures de transport par câble L’enterprise est réputée pour grands travaux réalisés dans toutes les régions du monde.

Elle a notamment à son actif la construction du téléphérique le plus long d’Asie à Ngong Ping sur un parcours de 5,7 km !

Le Ministre Rwandais de la Jeunesse et des TIC, Jean Philbert Nsengimana n’a jamais voulu renoncer à ce projet ambitieux.
Budgétisé à 38 millions de dollars, sa mise en oeuvre a stagné depuis 2013;

« certains avaient imaginé que le projet du téléphérique de Kalisimbi avait échoué, alors qu’il est toujours resté d’actualité. Certaines réalisations nécessitent des investissements lourds en développement d’infrastructure, ce qui peut provoquer ce genre de retard ».

rwanda 2Selon le « Rwanda Development Board » (RDB), ce téléphérique offrira des caractéristiques uniques que l’on ne retrouvera pas ailleurs en Afrique de l’Est. Cette nouvelle infrastructure constituera une ressource touristique supplémentaire qui devrait permettre aux touristes de séjourner quelques jours supplémentaires au Rwanda.

rwanda 4La station téléphérique de Kalisimbi se déclinera sur trois niveaux qui donneront accès à la base du volcan, au cratère et au sommet.

La base comprendra une piste naturelle, des promenades guidées dans une forêt de bambou permettant aux touristes l’observation des oiseaux, de la flore et de la faune de la région.

Les agences de voyages sont évidemment ravies de voir se projet se réaliser. Claude Habarurema, Directeur Général de « MEGA Safari Tours » explique qu’actuellement, la visite de ce magnifique site de Kalisimbi n’était pas recommandée pour des raisons évidentes de sécurité, en l’absence de toute d’infrastructure.

Il va de soi que la donne a changé et le Très Grand Téléphérique élargit l’éventail des sites touristiques du pays.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Fini le Gangnam Style, le tourisme en Corée du Sud ralentit le pas

Fini le Gangnam Style, le tourisme en Corée du Sud ralentit le pas

1256 vues
13 juillet 2021 0

Courant sur des tapis, de nombreux adeptes des salles de fitness, touristes et locaux,...

Quand l’avant du voyage prépare les souvenirs d’après

Quand l’avant du voyage prépare les souvenirs d’après

2308 vues
12 juillet 2021 0

Le voyage est un plaisir concret de l’instant et c’est tant mieux. Si elles...

Reprise du tourisme : pourquoi Singapour n’est pas encore prêt

Reprise du tourisme : pourquoi Singapour n’est pas encore prêt

1289 vues
6 juillet 2021 0

La réouverture des frontières de Singapour est vitale pour la reprise économique du pays,...