Requiem pour un Boeing


Depuis 1969, l’année de la mise en service du premier Boeing 747, plus de 1 500 exemplaires de ce mythique avion ont sillonné la planète. Au bout de presque 50 ans de bons et loyaux services, seuls 512 sont encore aujourd’hui en activité. Les autres ont rejoint le cimetière des éléphants.

La 2e compagnie mondiale, Delta Airlines a mis son dernier jumbo à la retraite, quelque part dans un désert de l’Arizona. Une étape supplémentaire dans la lente agonie du 747.

En toute fin de l’année dernière, United Airlines avait effectué le vol d’adieux sur le trajet San Francisco/Honolulu. Comme les saumons, il retournait aux sources, car le vol inaugural avait été effectué sur le même trajet près d’un demi-siècle plus tôt.

Petit à petit, le jumbo jet disparaîtra inexorablement des routes aériennes commerciales. Avec 36 commandes, British Airways fut la compagnie qui commanda le plus de Boeing 747 à l’avionneur d’Everett. Aujourd’hui, seuls deux sont encore opérationnels.

Bien qu’ayant évolué au fil du temps et qu’il figure toujours au catalogue de Boeing, aucune commande n’a été enregistrée en 2017.

Lufthansa en possède encore 32, Cathay Pacific 20, Qantas 9 Virgin Atlantic 8. Une exploitation en pente douce. Le reste appartient à des compagnies cargo ou a d’obscurs transporteurs aériens réparties aux 4 coins du monde : les compagnies iraniennes : Mahan Air, Caspian Airlines, Saha Airlines et bien d’autres toutes aussi méconnues les unes que les autres.

Le plus vieil appareil en service appartient à l’armée de l’air iranienne, il vient de fêter ses 48 ans. Le plus récent a été mis en service par British Airways en 1999.

Mais où est le premier appareil, le prototype qui décolla en février 1969 avec les pilotes d’essai Jack Waddel et Brien Wygle (photo ci-contre) aux commandes ? Eh bien, il a eu plus de chance que la plupart de ses congénères. Il coule tranquillement ses vieux jours au musée de l’air de Seattle.

Pour la petite histoire, comment se déroula le premier vol commercial ? Le vol Pan Am qui décolla le 22 janvier 1970 pour relier New York à Londres ne fut pas un succès retentissant.

Avec 352 passagers à bord il eut un important retard, du fait d’un dysfonctionnement du moteur 4 au moment du point fixe. Il fut immobilisé sur le taxiway et retourna deux heures plus tard à son point de départ.

Certains passagers mécontents (déjà) mêlèrent leurs récriminations à celles de riverains contestataires qui manifestaient bruyamment dans le hall de l’aéroport contre les nuisances sonores et la pollution du 747. Tous reprirent en cœur sur l’air des lampions « on vous l’avait bien dit». 

Une inauguration en fanfare

Ils dînèrent, le temps de mettre en place un appareil de remplacement. Une vingtaine de passagers demandèrent à être débarqués et ratèrent ce vol inaugural historique.

Finalement, il décolla de Kennedy vers deux heures du matin. L’heure à laquelle il était supposé atterrir à Heathrow. Une démonstration pas vraiment glorieuse, mais qui ouvrit la porte au tourisme de masse. Une autre époque de notre métier venait de naître.

François Teyssier





    2 commentaires pour “Requiem pour un Boeing

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Pourquoi Lufthansa vise encore plus de destinations vers la Chine ?

Pourquoi Lufthansa vise encore plus de destinations vers la Chine ?

2562 vues
23 avril 2024 0

« Nous sommes impatients d’augmenter notre capacité vers la Chine » : a déclaré...

Compagnies aériennes : toutes celles qui ont fait faillite en 2023

Compagnies aériennes : toutes celles qui ont fait faillite en 2023

3030 vues
22 avril 2024 0

Comme le souligne l’excellent Jean-Louis Baroux, le fondateur d’APG, « le principal souci de l’aviation...

Infos du ciel : Ethiopian Airlines, Lufthansa, easyJet, La Compagnie, Volotea, Turkish Airlines, etc.

Infos du ciel : Ethiopian Airlines, Lufthansa, easyJet, La Compagnie, Volotea, Turkish Airlines, etc.

2969 vues
19 avril 2024 0

Devant le Sénat américain, quatre lanceurs d’alerte, dont un ingénieur et des anciens employés...