Londres déclare la guerre aux pousse-pousses


La semaine dernière, Boris Johnson a renouvelé sa croisade contre les pousse-pousses, annonçant qu’il voulait les interdire dans les rues de Londres pour « réduire la congestion« .

Le bouillonnant maire de Londres reproche deux choses aux pousse-pousses (appelés également pedicabs ou rickshaws) : Tout d’abord, l’absence de réglementation précise pour les pousse-pousse dont, dit-il, « personne ne sait exactement combien ils sont ». Il reproche également les conditions de sécurité des utilisateurs et en appelle à la sécurité publique.

En 2012 déjà, en pleine campagne électorale, il avait dénoncé les risques pour les usagers, pour les piétons et posé la questions des assurances souvent « oubliées » par les propriétaires de pousse-pousses et de cyclo-pousses.

Malheureusement pour Boris Johnson, une récente étude, très sérieuse, commandée par le parlement a révélé qu’il n’y avait eu seulement que deux incidents dans la ville de Westminster dans la première moitié de l’année 2014, deux incidents sans gravité. En fait, il n’y a pas eu un seul décès lié à un rickshaw à Londres depuis bientôt 15 ans qu’ils officient dans la capitale anglaise.

Qui plus est, leurs nombres ne cessent d’être à la baisse : l’Association des opérateurs Pedicabs de Londres (AAL) indique que le nombre de cyclo-pousses à Londres a chuté, passant d’environ 1 000 à 650 au cours des dernières années, avec de nombreux propriétaires d’engins qui choisissent désormais de nouveaux marchés en Europe selon eux plus porteurs.

Sur les quelque 650 pousse-pousses en activité à Londres, seuls 400 sont enregistrés auprès de l’AAL.

L’Association a commenté la réaction de Boris Johnson la qualifiant d' »habituelle chasse aux sorcières, dont il est coutumier depuis son arrivée à la mairie« .

Boris Johnson a également réagi à l’encontre de la « prolifération » des minicabs (genre de VTC). Transport for London (l’équivalent de notre régie des transports) estime ainsi qu’il y a aujourd’hui 78 690 dans la capitale – un total qui a augmenté de 12 268 (15,6 %) en 2014.

« Les Minicabs, comme les pousse-pousses, n’ont pas obligation des heures de formation imposées aux chauffeurs de taxi, ce qui n’est absolument pas normal  » a t-il ainsi déclaré ajoutant « nous devons être capables de prendre des mesures contre la menace posée par l’augmentation massive du nombre de ces véhicules de location incontrôlés« .

Il n’y a que 25 000 taxis londoniens et 8.000 autobus à Londres et pourtant il y a déjà plus de 75.000 minicabs en activités dans la capitale britannique. Et ce chiffre est à la hausse.

Pour les contrer, le maire de Londres n’a d’ailleurs pas hésité à ouvrir certaines lignes du métro de Londres 24h/24 le vendredi et le samedi.

La guerre est déclarée.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Ces trois grandes compagnies aériennes asiatiques encore à la peine

Ces trois grandes compagnies aériennes asiatiques encore à la peine

1666 vues
18 octobre 2019 0

Si nous sommes restés concentrés sur les récentes faillites de XL Airways et Aigle...

Pourquoi les professionnels du tourisme au Sénégal tentent d’éviter le pire

Pourquoi les professionnels du tourisme au Sénégal tentent d’éviter le pire

1537 vues
17 octobre 2019 0

Le ministre de l’intérieur et le ministre du tourisme du Sénégal jouent sur différentes...

Le président de Thomas Cook France sort de son silence

Le président de Thomas Cook France sort de son silence

3808 vues
16 octobre 2019 1

On s’étonnait de ne pas avoir de commentaires officiels de la part de Nicolas...