La Quotidienne a testé pour vous : le tout nouveau hôtel Cheval Blanc Paris


Le 7 septembre dernier, Cheval Blanc inaugurait à Paris son tout premier établissement urbain. Installé dans les locaux de La Samaritaine, Cheval Blanc Paris occupe la superbe aile Art Déco conçue en 1928 par l’architecte Henri Sauvage, celle qui fait face à la Seine.

Entièrement rénové par le duo d’architectes Edouard François et Peter Marino, l’hôtel ne comporte que 72 chambres et suites, toutes avec vue directe et imprenable sur la Seine et la Tour Eiffel au loin, mais dispose de 4 restaurants et d’un vaste espace beauté-spa Dior Cheval Blanc de 1.000m2 ainsi que d’une superbe piscine intérieure de 30 mètres de long.

Au 7ème étage un jardin de 650 m2 offre aux beaux jours une vue panoramique sur la ville. Les tarifs commencent à partir de 1.150€ pour les plus petites chambres qui font au minimum 45 m2.

Il a fallu à LVMH, propriétaire des lieux, et après de longues années de négociation en particulier avec la Ville de Paris, près de 5 ans de travaux pour réaliser le petit bijou de luxe que représente cet hôtel Cheval Blanc Paris. Les chambres sont extrêmement lumineuses avec leurs grandes baies vitrées avec vue plongeante sur le Pont-Neuf et la Seine.

Le panorama sur toute la rive sud de Paris est magnifique, ce qui incite nombre de clients à commander à leur majordome dédié, chaque chambre a le sien, petits déjeuners et même repas qu’ils peuvent prendre en toute intimité dans leur chambre en profitant de cette vue exceptionnelle.

Les suites d’angle disposent d’un grand salon et d’une vraie salle à manger. Et pour une clientèle encore plus élitiste, il existe un appartement duplex aux 7ème et 8ème étage avec piscine privée de 12,5m.

Cet appartement comporte 7 chambres, plusieurs salons et salles à manger, une salle de projection, une belle terrasse panoramique et dispose d’un accès sécurisé et individuel pour assurer à ses hôtes la plus grande discrétion. Son tarif n’est communiqué que pour des demandes sérieuses !

Partout œuvres d’art et créations contemporaines ont été mises à contribution, lithographies de Sonia Delaunay, immense toile bleue de Georges Mathieu, mur de marquèterie de paille de Lison de Caunes dont tous les brins ont été assemblés un par un, suspensions et lampes de Philippe Anthonioz, tissages métalliques de Sophie Mallebranche …

Pour rendre hommage à la ville de Paris et à son côté multiple, François Demachy, le nez des parfums Dior, à créé pour l’hôtel, non pas un mais deux fragrances, l’une poudrée et l’autre boisée, que l’on retrouve dans les bougies et parfums d’ambiance.

Dans un tel lieu, la gastronomie ne peut qu’être à la hauteur. Circuits courts et saisonniers, liens directs avec petits producteurs, maraichers, éleveurs, pêcheurs sont à la base de la cuisine du Cheval Blanc Paris.

A la tête du restaurant gastronomique « Plénitude » qui est installé au 1er étage, Arnaud Donckele, chef triplement étoilé pour La Vague d’Or du Cheval Blanc St Tropez qu’il continuera à diriger pendant la saison estivale, offre une cuisine de haut-vol dans un cadre raffiné et intimiste. A ses côtés, le jeune et brillant Maxime Frédéric a pris en charge avec virtuosité pâtisserie et boulangerie.

Au rez-de-chaussée, le Limbar est en train de devenir un lieu de rendez-vous parisien très chic. Ouvert toute la journée du petit déjeuner jusqu’en soirée.

Le soir le bar attire une clientèle élégante désireuse de commander un des délicieux cocktails, œuvres du talentueux chef barman et mixologue Florian Thireau.

Au 7ème étage, le « Tout Paris », ouvert du petit déjeuner jusqu’à tard le soir, est une autre table version brasserie française avec pour ceux qui le souhaitent, une option « comme à la maison », avec plats à partager et cocote au centre de la table.

Le service y est permanent, avec pause tea-time à la française de 15 à 19h.

Au même étage, « Langosteria » est le restaurant poissons et fruits de mer du célèbre chef italien Enrico Buonocore qui apporte ici un bel air d’Italie au cœur de la capitale française.

Photos © Frédéric de Poligny





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

2021 annus horribilis pour le tourisme et l’hôtellerie

2021 annus horribilis pour le tourisme et l’hôtellerie


19 janvier 2022 0

Après une année 2020 sans précédent, 2021 a marqué  la lente remontée des performances...

Comment Marriott va implanter sa marque W en Grèce

Comment Marriott va implanter sa marque W en Grèce


17 janvier 2022 0

Le grand groupe hôtelier Marriott International a signé un accord avec Temes, un développeur...

Le Palm Beach de Cannes en chantier : un investissement monstrueux !

Le Palm Beach de Cannes en chantier : un investissement monstrueux !


14 janvier 2022 0

Occupant un des plus beaux sites de la Côte d’Azur, en l’occurrence la pointe...