Entrée aux USA, du nouveau sur la table


Le président Donald Trump a signé il y a quelques jours le nouveau décret interdisant de nouveaux visas pour les citoyens de six pays à majorité musulmane. Les changements sont la suppression de l’Irak dans cette interdiction, ainsi que les porteurs d’une carte de résident émise avant Mars. Mais selon les observateurs, au-delà de cette décision très controversée, le tourisme aux USA va souffrir.

Un second décret légèrement retouché

Les avocats et les juges vont avoir du travail pour annuler une fois de plus ce décret qui va ternir pour longtemps, selon nous, l’image des Etats-Unis.

L’interdiction de voyage concerne donc les citoyens de six pays dont, la Somalie, le Soudan, le Yémen, la Syrie et la Libye – pour une période de 90 jours. L’Irak aurait été retiré de la liste compte tenu de sa la lutte contre le terrorisme.

Mais ce décret interdisait l’entrée des interprètes irakiens qui avaient été embarqués avec les forces américaines dans la région. Le nouveau décret prend en compte la suspension de 120 jours du programme d’accueil des réfugiés.

Le pays maintient également un plafond annuel de 50.000 réfugiés venant d’Amérique centrale et du sud (contre 100 000 avec Obama)

La bataille contre ce nouveau décret va commencer

Des groupes de défense des réfugiés se sont engagés à remettre en question le décret au tribunal, en faisant valoir que la version révisée ne modifie pas l’intention de discriminer les musulmans. A Washington, des manifestants se sont rassemblés près de la Maison Blanche pour dénoncer le nouveau décret. Il faut s’attendre à de sérieuses batailles juridiques.

Au-delà de cette mesure, il faut s’attendre à une sérieuse baisse du tourisme vers les Etats-Unis.

Le tourisme aux US, ce sont des milliards de dollars

Les visiteurs internationaux ont dépensé environ 250 milliards de dollars US aux États-Unis en 2016.

Les États-Unis prévoient environ 4,3 millions de visiteurs étrangers en moins cette année à cause de cette mesure ridicule. Cela va se traduire par au moins 7,4 milliards de dollars US de pertes de revenus. Ce ne sont que des estimations.

Les réservations sont déjà en baisse depuis fin Janvier 2017

Selon différents cabinets d’études, les réservations aux États-Unis en provenance d’Europe occidentale ont diminué de 14 % du 28 janvier au 4 février dernier, par rapport à l’année dernière. Au Moyen-Orient, les réservations sont en baisse de 38 %.

Malgré une hausse du tourisme intérieur, New York va perdre du business

New York, qui attire près de 30 % des touristes étrangers venant aux US devrait continuer à progresser grâce au marché domestique.

Selon, les études de la mairie de New York, la ville devrait attirer 61,7 millions de visiteurs, 1 million de plus qu’en 2016. Bien que les voyageurs internationaux représentent 20 %, ils représentent environ la moitié du total des séjours.

Les fonctionnaires indiquent tout de même que 300.000 voyageurs internationaux en moins vont coûter à l’économie de la ville environ 900 millions $.

Los Angeles pourrait perdre 800 000 visiteurs internationaux

Los Angeles pourrait perdre 736 millions $ en dépenses au cours des trois prochaines années en raison du nouveau décret mais également de l’image négative dégagée par cette interdiction. San Francisco prévoirait une augmentation de 1,8 % du nombre de visiteurs, principalement en raison de la forte demande des voyageurs chinois.

Les compagnies aériennes inquiètes et les hôteliers un peu moins

Le site de recherche Hopper.com indique que la demande de vols vers les Etats-Unis a diminué dans 103 pays sur 122 pays.

La Russie serait curieusement une exception, avec des recherches de vols en augmentation de 66 %.

Les grands hôteliers comme Marriott ou Hilton n’ont pas encore vu un impact suite à cette restrictions de voyage.

Serge Fabre





    2 commentaires pour “Entrée aux USA, du nouveau sur la table

    1. En tout cas, les contacts et demandes enregistées lors des salons grand public auxquels l’Office de Tourisme américain représenté en France par le Visit USA, montrent que la demande reste très forte. Que ce soit à Lyon, Toulouse ou Lille, les candidats au voyage se sont pressés sur les stands des offices de tourisme ou des voyagistes présents. On verra si Paris confirme cette tendance. La grande quantité de « répétiteurs », ceux ayant déjà été aux Etats-unis et qui veulent découvrir d’autres régions parfois même méconnues et le développement des guides de voyage démontrent que la demande est là; et si le dollar reste à son niveau, l’année ne devrait pas être sinistrée comme vous le pensez. D’ailleurs les vols sont déjà bien chargés et les parcs nationaux bien remplis.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

USA : les nouveaux contrôles Covid-19, un cauchemar pour la reprise du tourisme ?

USA : les nouveaux contrôles Covid-19, un cauchemar pour la reprise du tourisme ?

2628 vues
3 décembre 2021 0

Beaucoup de professionnels du tourisme et des voyageurs de plusieurs pays européens ont manifesté...

Une fin d’année bien compliquée pour l’industrie du Tourisme

Une fin d’année bien compliquée pour l’industrie du Tourisme

2141 vues
2 décembre 2021 0

Les décisions gouvernementales d’hier 1er décembre relatives aux conditions de déplacement à l’étranger sont...

Liberté d’opérer des compagnies aériennes : des plaintes à Bruxelles

Liberté d’opérer des compagnies aériennes : des plaintes à Bruxelles

1989 vues
30 novembre 2021 0

Les décisions gouvernementales prises sous la pression des écologistes les plus extrémistes et qui...