Comment Ryanair s’est offert 75 Boeing 737-Max à prix bradés


La semaine dernière Ryanair a confirmé une commande supplémentaire de 75 appareils Boeing 737 Max qui s’ajoute au 135 autres 737 Max déjà commandé et en attente de livraison. Au prix catalogue de 125 millions de dollars pièce, cela représente un petit supplément de plus de 9 milliards. Mais tous les spécialistes vous diront que ce genre de commande est soumise habituellement à une décote normale de 50 %.

Mais cette fois-ci Boeing qui a dû subir près de 1 000 annulations de commande de 737-Max au cours des 20 derniers mois était à la recherche d’un signal fort pour rassurer ses clients. Et si Ryanair le lui offre avec cette méga-commande, aucun doute non plus que Boeing lui a offert en retour des conditions financières encore plus avantageuses, une vraie braderie de Black Friday !

Mais avec la terrible image que traine le 737 Max 800 dans l’esprit du grand public, de nombreuses compagnies se posent la réaction de certains de leurs clients qui ne voudront pas embarquer dans ces appareils.

En décembre 2019, Michael O’Leary, le patron de Ryanair, affirmait que si un passager refusait de monter à bord pour ce motif, il n’obtiendrait aucun remboursement. Puis en mars dernier, il a rétropédalé en annonçant le remboursement du billet dans ce cas de figure.

« Nous ne voulons pas que les gens se sentent piégés dans un MAX. Si vous ne voulez pas entrer dedans, très bien. Vous partez, vous prenez votre bagage et vous pouvez être remboursé intégralement » a-t-il déclaré. Mais peu après il précise que cette option ne serait valable que pour une courte période de 6 mois environ.

Mais avec Michael O’Leary, il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions. Alors autant suivre les conseils de Donald Trump qui a suggéré dans un de ces fameux tweets que la seule solution pour sauver le 737Max du naufrage était tout simplement d’en changer le nom. Aussitôt dit aussitôt fait !

Dans toutes ses communications antérieures à propos de ses commandes chez Boeing, Ryanair parlait d’achat de 737 Max 200 qui sont des 737 Max 800 dont on a augmenté la capacité d’embarquement pour pouvoir accueillir jusqu’à 197 passagers à bord.

Mais cette présence du terme « Max » dans le nom de l’appareil rappelait à tous qu’il s’agissait bien d’un 737 Max. Il a alors suffi de rebaptiser ces appareils en 737-8200 au lieu de 737 Max 200 pour faire en sorte que les passagers n’y voient que du feu.

Les logos sur les appareils de Ryanair en attente de livraison ont été eux aussi modifiés comme on peut le voir sur ces images publiées sur Twitter par Woodys Aeroimages dès la mi-juillet. Plus personne ne saura qu’il vole sur un 737 Max. Jolie manœuvre qui permettra aussi de refuser toute contestation puisqu’ il ne sera apparemment plus question de 737 Max.

Parlant de ces nouveaux appareils 737-8200 dont les premiers exemplaires seront livrés à Ryanair début 2021, Michael O’Leary était très fier d’expliquer qu’avec cette augmentation du nombre de passagers à bord, Ryanair pourrait faire profiter ses clients de prix encore plus sympathiques. On a toujours admiré le côté philanthropique de Ryanair !

En fait cette augmentation du nombre de passagers à bord est tout simplement due à une densification des sièges, avec en tout premier lieu la suppression de 3 chariots de service (les fameux trolleys) sur les huit initialement embarqués.

Ce qui permet de remplacer une bonne partie de la cambuse (galley en anglais) par des sièges supplémentaires.

Et puis pour faire bonne mesure et gagner encore de la place, ces appareils seront équipés de sièges avec des dossiers extra-fins, ce qui n’est pas vraiment synonyme de plus de confort.

Mais rassurez-vous, Ryanair n’a pas pu, à son grand regret, diminuer le nombre réglementaires de toilettes à bord.

Mais peut-être qu’un jour comme l’Empereur Vespasien avant lui, Michael O’Leary réussira à rendre les toilettes payantes et pourra à son tour s’exclamer « L’argent n’a pas d’odeur ! »





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Tourisme au Népal : alerte Covid au sommet de l’Everest

Tourisme au Népal : alerte Covid au sommet de l’Everest

1254 vues
7 mai 2021 0

La BBC rapporte que les alpinistes du camp de base de l’Everest au Népal...

Tourisme et tests PCR : qui doit supporter les coûts ?

Tourisme et tests PCR : qui doit supporter les coûts ?

1287 vues
6 mai 2021 0

Le coût élevé des tests PCR représente un obstacle presque insurmontable à la réactivation...

Pourquoi la souche indienne est désormais la plus grande menace à la reprise du tourisme

Pourquoi la souche indienne est désormais la plus grande menace à la reprise du tourisme

2086 vues
3 mai 2021 0

Le variant indien, avec 13-15 mutations, est à l’origine du fort pic de cas...