Comment la rentabilité des compagnies aériennes s’améliore enfin


La rentabilité des compagnies aériennes s’améliore à mesure que la reprise s’accélère. L’Association du transport aérien international (IATA) vient d’annoncer une mise à jour de ses perspectives pour les performances financières de l’industrie du transport aérien en 2022 alors que le rythme de la reprise après la crise du Covid-19 s’accélère. 

Les pertes de l’industrie devraient se réduire à -9,7 milliards de dollars (une nette amélioration par rapport aux prévisions d’octobre 2021 pour une perte de 11,6 milliards de dollars) pour une marge de perte nette de -1,2 %. Il s’agit d’une énorme amélioration par rapport aux pertes de 137,7 milliards de dollars (-36,0 % de marge nette) en 2020 et de 42,1 milliards de dollars (-8,3 % de marge nette) en 2021.

La rentabilité à l’échelle de l’industrie en 2023 semble à portée de main, l’Amérique du Nord devant déjà générer un bénéfice de 8,8 milliards de dollars en 2022.

Les gains d’efficacité et l’amélioration des rendements aident les compagnies aériennes à réduire leurs pertes, même avec la hausse des coûts de la main-d’œuvre et du carburant (ces derniers étant entraînés par une augmentation de + 40 % du prix mondial du pétrole).

L’optimisme de l’industrie et son engagement à réduire les émissions se manifestent également avec la livraison prévue de plus de 1 200 avions en 2022.

La forte demande refoulée, la levée des restrictions de voyage sur la plupart des marchés, le faible taux de chômage dans la plupart des pays et l’augmentation de l’épargne personnelle alimentent une résurgence de la demande qui verra le nombre de passagers atteindre 83 % des niveaux d’avant la pandémie en 2022.

Et malgré les difficultés économiques, les volumes de fret devraient atteindre un niveau record de 68,4 millions de tonnes en 2022.

« Les compagnies aériennes sont résilientes. Les gens qui prennent l’avion sont de plus en plus nombreux. Et le fret se porte bien dans un contexte d’incertitude économique croissante.

Les pertes seront réduites à 9,7 milliards de dollars cette année et la rentabilité est à l’horizon pour 2023. L’heure est à l’optimisme, même s’il reste des défis en matière de coûts, en particulier de carburant, et des restrictions persistantes sur quelques marchés clés », a déclaré Willie Walsh, directeur général de l’IATA.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Booking.com prend le bouillon : les raisons de la dégringolade

Booking.com prend le bouillon : les raisons de la dégringolade

1922 vues
26 février 2024 0

L’amende historique de près de 500 millions d’euros proposée par la CMNC à Booking.com...

Le tourisme saoudien cherche de l’argent pour ses mégaprojets

Le tourisme saoudien cherche de l’argent pour ses mégaprojets

3364 vues
23 février 2024 0

Les mégaprojets futuristes touristiques en Arabie saoudite sont si coûteux que même ses richesses...

Pourquoi Michel Salaün relance Pouchkine tours

Pourquoi Michel Salaün relance Pouchkine tours

2784 vues
21 février 2024 0

Chez Salaün Holidays, la marque Pouchkine Tours fait son grand retour parmi les brochures...