BlaBlaCar : Pas de bla-bla, des résultats !


La plateforme de covoiturage BlaBlaCar va démultiplier les possibilités de trajets proposés à sa communauté d’utilisateurs grâce à un nouvel algorithme déployé progressivement jusqu’à l’été prochain, a-t-elle annoncé mardi dernier lors d’une conférence de presse.

Cette évolution, qui devrait élargir l’offre de transport pour les habitants de petites villes faiblement connectées, s’accompagne d’un nouveau logo formé de deux « b » qui se croisent, également dévoilé mardi.

La start-up française, créée en 2004, met en relation des conducteurs voyageant avec des places libres et des passagers souhaitant faire le même trajet. Elle revendique « la plus large communauté de covoiturage longue distance au monde » et a annoncé avoir passé le cap des 60 millions d’utilisateurs dans les 22 pays où elle opère.

La société, qui n’a jamais communiqué son chiffre d’affaires, veut désormais mieux exploiter le potentiel de ce réseau pour développer des trajets « point à point », par exemple proposer de relier directement une ville de banlieue parisienne à une ville des environs de Lyon, plutôt qu’un simple Paris-Lyon.

Pour cela, les utilisateurs indiqueront leurs adresses de départ et d’arrivée dans le nouveau moteur de recherche de BlaBlaCar.

L’algorithme leur proposera alors des points de rendez-vous sur la route des conducteurs alors qu’auparavant n’étaient proposés que les points de départ et d’arrivée entrés manuellement par les conducteurs.

« C’est un changement de paradigme« , a déclaré Nicolas Brusson, cofondateur et Directeur général de la plateforme, qui emploie environ 400 personnes dont près de 300 en France.

Avant, les utilisateurs étaient orientés vers « des points de rendez-vous centraux« , désormais « on va vers un BlaBlaCar près de chez moi« .





    2 commentaires pour “BlaBlaCar : Pas de bla-bla, des résultats !

    1. comme toutes ces startups aucun chiffre d’affaire et surtout aucun résultat !!!

      et un jour blablaboum et qui paie… la BPI qui les finance au détriment des entreprises de l’économie « réelle » qui elle doit publier, faire du résultat et qui surtout emploi du personnel non virtuel !!

      continuons

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Big Data dans le tourisme : Trop de données tuent les données

Big Data dans le tourisme : Trop de données tuent les données

1427 vues
18 novembre 2019 0

Pierre Paperon*, ingénieur et ex DG de Lastminute.com estime que seules 2 à 3...

Première édition niçoise réussie pour Food Hotel Tech

Première édition niçoise réussie pour Food Hotel Tech

951 vues
12 novembre 2019 0

Selon les organisateurs près de 4 800 visiteurs professionnels dont des directeurs d’hôtel ou...

Tourisme de bien être et big data, une tendance en pleine forme

Tourisme de bien être et big data, une tendance en pleine forme

1467 vues
8 novembre 2019 0

Le premier colloque sur le tourisme de bien-être et santé organisé à Enghien-les-Bains, avait...