A Lyon, en hommage à Monsieur Paul


On a coutume de dire que Lyon est la capitale mondiale de la gastronomie. Et s’il y avait un souverain pour veiller sur ce titre, nul doute qu’il porterait le nom d’un des cuisiniers les plus célèbres du monde : Paul Bocuse.

De Tokyo à Miami en passant par Genève ou New York, la signature Bocuse rayonne à travers le monde. Mais c’est à côté de Lyon, à Collonges au-Mont-d’Or, que l’empire Bocuse voit le jour. Et cette gloire n’est pas le fruit du hasard tant la cuisine de « Monsieur Paul », décédé 20 janvier dernier, se situe au carrefour de la cuisine traditionnelle française, de la grande cuisine et de la nouvelle gastronomie.

Salade de homard du Maine à la française Dans votre assiette, cela se vérifie par des mets de haute volée.

Citons la soupe au truffes noires, la salade de homard du Maine à la française ou la noix de coquilles Saint-Jacques au beurre blanc pommes soufflées.

Elu « chef du siècle » par le Culinary Institute of America (2011), Paul Bocuse est dépositaire d’une cuisine fine et inventive qui doit beaucoup à la qualité des produits et à l’attachement aux traditions gastronomiques françaises.

Il faut dire que le ‘’pape de la cuisine française’’, comme l’appelle le chef parisien Alain Ducasse, est issu d’une grande lignée de cuisiniers qui remonterait au XVIIème siècle.

Pèlerinage culinaire… dans un surprenant décor « Aller chez Bocuse », comme on dit à Lyon, c’est aussi faire un pèlerinage dans un des hauts lieux de la gastronomie française.

D’entrée, la bâtisse vaut le détour. Sa façade framboise et pistache se dresse à l’horizon à la manière d’un décor de théâtre, ornée de plats à étages, de pièces montées et de pyramides de victuailles.

Une fois à table, le service, réglé au millimètre, est source d’étonnement. C’est une sorte de ballet de plats qui virevoltent entre les tables.

Les convives participent même au spectacle de l’intérieur : ils peuvent voir s’animer à travers une baie vitrée, le monde de la cuisine, rutilante de cuivres.

La star de la cuisine lyonnaise (Trois étoiles au Guide Michelin pendant 53 années, de 1965 à 2018) s’était ouvert aussi aux affaires, inaugurant, dès 1994, les fameuses brasseries Bocuse.

On en compte aujourd’hui six à Lyon et treize à l’étranger, particulièrement au Japon et aux Etats-Unis.

L’Auberge du pont de Collonges – Paul Bocuse
40, Rue de la Plage
69660 Collonges-au-Mont-d’Or





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Zorro tombe le masque et toujours pas une ride

Zorro tombe le masque et toujours pas une ride

744 vues
16 août 2019 0

Zorro, le célèbre héros masqué a fêté ses 100 ans le 9 août dernier....

Guitaristes africains : des sultans du swing

Guitaristes africains : des sultans du swing

821 vues
9 août 2019 0

La guitare, aisément transportable, est un instrument d’accompagnement du chant dans de nombreux genres...

Les collines du Prosecco de Conegliano et Valdobbiadene désormais inscrites au patrimoine de l’Unesco

Les collines du Prosecco de Conegliano et Valdobbiadene désormais inscrites au patrimoine de l’Unesco

714 vues
2 août 2019 0

Le Comité du patrimoine mondial, actuellement réuni à Bakou, a inscrit deux sites culturels...