Le tourisme fluvial file en douceur


Le tourisme fluvial regroupe l’ensemble des activités touristiques de transport et d’hébergement de passagers pratiquées sur les rivières, fleuves et canaux français. Ce secteur comprend plusieurs filières : les paquebots fluviaux (bateaux de croisière d’une capacité de 50 à 130 passagers), les péniches-hôtels (croisières souvent intimistes et personnalisées proposées par des bateaux d’une capacité moyenne de 6 à 12 passagers), la location de bateaux-habitables (de 4 à 12 passagers), les bateaux-promenades (type bateaux-mouches) et la plaisance privée (propriétaires privés). Voies navigables de France vient de publier ses dernières statistiques sur le secteur : 

2016 : une évolution disparate

La filière a attiré près de 9,3 millions de touristes en 2016. L’activité, concentrée en majorité dans les métropoles, apparaît très disparate selon les secteurs géographiques. Paris et l’Ile-de-France ont enregistré une baisse de 23 % de fréquentation, ce qui reflète l’impact combiné des inondations intervenues au printemps 2016 sur la Seine et de la chute de fréquentation touristique liée aux attentats.

A l’inverse, sur le reste du territoire dont Lyon et Bordeaux, la tendance générale est à la hausse : + 9 %. Les bateaux-promenade, sont les plus importants vecteurs de passagers sur le réseau navigable : 95 % du nombre total de passagers, soit 7 à 8 millions par an en moyenne pour les bateaux-mouches parisiens.

Péniches-hôtels : Les péniches-hôtels ont maintenu leur activité 

Les 88 bateaux recensés ont transporté 20 400 passagers en 2016, pour 120 000 nuitées vendues. La hausse de la clientèle française (+ 15 %) a permis de compenser la diminution de fréquentation de la clientèle étrangère.

Paquebots fluviaux : L’activité marque une pause 

Après une croissance en continu sur les dix dernières années, avec parfois des taux de croissance supérieurs à 10 %, cette filière connait en 2016 une baisse mesurée de l’ordre de 4 % de passagers, aussi bien français qu’étrangers.

Ce recul est principalement dû à la chute de la fréquentation touristique sur la Seine et aux mauvaises conditions climatiques.

En revanche, la Garonne, où l’activité est en plein essor, tire son épingle du jeu.

Au total, la filière de la croisière enregistre plus de 370 000 passagers, dont 76 % sont étrangers, pour 1,6 million de nuitées vendues.

Location de bateaux-habitables

Moins urbaine donc moins touchée par l’effet post-attentats, la location de bateaux habitables a enregistré une progression notable de son activité : + 3, 1 % de passagers et + 11% de nuitées vendues. Les bases de location sont majoritairement implantées sur le canal du Midi et en Bourgogne.

Plaisance privée :

Malgré une progression globale sur l’ensemble de l’année, les crues du mois de juin ont affecté les ventes de vignettes de navigation pour les plaisanciers privés.

On enregistre un léger recul de la fréquentation de l’ordre de 4 % en nombre de vignettes vendues.

Pour les trois filières proposant de l’hébergement à bord (paquebots fluviaux, péniches-hôtels et location de bateaux habitables) les résultats pluriannuels confirment une évolution positive : entre 2014 et 2016, 100 000 nuitées supplémentaires ont été vendues, soit une augmentation de 6,5 %.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Toulon relié à Copenhague depuis le 21 avril

Toulon relié à Copenhague depuis le 21 avril

850 vues
24 avril 2018 0

Grande première pour l’aéroport Toulon Hyères qui inaugure le 21 avril dernier la ligne...

Le Musée Océanographique de Monaco prépare son renouveau

Le Musée Océanographique de Monaco prépare son renouveau

680 vues
24 avril 2018 0

La salle Albert-1er du Musée océanographique de Monaco est en chantier pour un coût...

La Réunion prend la Dengue très au sérieux

La Réunion prend la Dengue très au sérieux

1428 vues
23 avril 2018 0

Dans le cadre de l’épidémie de dengue de faible intensité actuellement en cours à...