Singapour-New York : Un passager du vol le plus long au monde raconte …


Singapore Airlines (SIA) propose désormais le vol le plus long du monde, avec le lancement d’un nouveau service direct entre l’aéroport de Singapour et Newark, à New York. La distance de 16 700 km et la durée de vol d’environ 18 heures éclipsent le vol de Qatar Airways entre Doha et Auckland (14 536km). Un passager nous raconte son vol du 12 Octobre dernier.

A bord du vol inaugural

« Je suis à bord du vol inaugural de SQ22, le nouveau service sans escale de SIA à destination de New York. C’est la première fois que le transporteur dessert cette liaison après 5 ans d’absence. La compagnie singapourienne utilisait à l’époque un Airbus A340-500. La hausse du prix du carburant avait incité la compagnie aérienne à stopper cette liaison prestigieuse ».

A bord du premier Airbus A350 ULR

« Je suis également l’un des premiers au monde à voler à bord de l’Airbus 350-900ULR (Ultra Long Range) ». S’adressant aux journalistes du centre de formation de SIA le matin du vol inaugural, le commandant SL Leong a déclaré que l’A350-900ULR, qui consomme moins de carburant que son prédécesseur, est aussi plus silencieux que l’A380 et est « un avion de rêve ». Le pilote sera derrière le manche lors du décollage et à nouveau lors de l’atterrissage.

On ne lésine pas sur le nombre de membres d’équipage

« Il y a 17 membres d’équipage, dont quatre dans le cockpit et 13 dans la cabine. Il y a 150 passagers dans deux classes : Business et Premium Economy ». Une classe économique pour un vol aussi long aurait été un calvaire pour les passagers. Non ?

Embarquement en fanfare

SIA avait les petits plats dans les grands : « Une petite troupe de chanteurs entonnait des chansons sur le thème de New York. Bien sûr la chanson de Frank Sinatra « New York New York » faisait partie du récital ».
L’embarquement du vol SQ22 a eu lieu à 23h (heure locale). Notre passager avait un siège en « premium economy » :

« J’ai été agréablement surpris d’apprendre à l’enregistrement que j’avais le 32K, un siège proche du hublot. Le siège à côté de moi était vacant, ce qui est vraiment une chance. Je me demandais simplement comment je pouvais gérer le déplacement de tout mon équipement dans le compartiment à bagages. Maintenant, je peux tout laisser tomber sur le siège supplémentaire ». Notre passager doit prendre des photos professionnelles…

La première heure, le décollage …

« Le roulage est long (environ 15 minutes) mais bientôt, les roues ne touchent plus le sol et nous commençons notre montée. Il y a quelques applaudissements dans la cabine Premium Economy » Allez encore savoir pourquoi ? Sûrement l’excitation !

La deuxième heure, on commence à avoir de l’appétit

Notre passager est de religion musulmane. Il obtient son plateau (pré-commandé) avant tous les autres, comme les repas spéciaux.
« C’est un ragoût de bœuf avec une purée de pomme de terre … J’avais prévu de manger très légèrement pour pouvoir mieux dormir plus tard, mais la pomme de terre est tellement crémeuse et délicieuse que je me moque de tout en 10 minutes. Ensuite, je me sens coupable et je ne touche pas au dessert, qui est un crumble aux fruits ».

Beaucoup de journalistes ont été invités …

Il y a pas mal de mouvement dans la cabine. « Chaque fois qu’un membre de l’équipage de cabine est sur le point de faire quelque chose, par exemple, verser du vin ou sortir un plateau, il est invité à se figer pour une photo. Pendant ce temps, il est demandé à un passager de manipuler sa nourriture avec précaution pour une nouvelle séance de photos. Je prends quelques photos avec mon iPhone et me glisse dans mon siège ». Les passagers payants ont dû apprécier ….

SIA est partenaire de Canyon Ranch

Canyon Ranch est une société qui exploite deux centres de thermalisme qui sont situés à Tucson (Arizona) et à Lenox (Massachusetts). Canyon Ranch exploite également des « SpaClub ». Ceux-ci sont situés dans les hôtels Venetian et Palazzo à Las Vegas.

Le slogan de Canyon Ranch est « The Power of Possibility ». Ce n’est pas original mais la société est largement profitable. Elle conseille SIA pour le choix de nourriture pour les vols ultra longs. Une hôtesse propose d’ailleurs à notre passager de goûter le plat. « Il s’agit d’un steak de chou-fleur grillé à la sauce Tahini » (La sauce Tahini est à base de graines de sésames broyées, de jus de citron, d’ail et d’eau). « Bien sûr, je devais l’essayer. C’était vraiment bon et savoureux. Mais je n’ai mangé que la moitié ».

4 ème heure, c’est peut-être l’heure du repos ?

« Nous sommes quelque part au-dessus de la mer de Chine. Je suis prêt à dormir. Je sais que certaines personnes recommandent de dormir un peu plus tard (et plus longtemps) pour se réveiller frais et synchronisé avec l’heure de New York, mais je crois que vous devriez dormir tant que vous le pouvez. Vous ne savez jamais ce qui peut arriver sur un vol aussi long. Il peut y avoir une mauvaise turbulence ou un bébé peut décider de pleurer sans s’arrêter. Juste au moment où cette pensée me traverse l’esprit, l’avion commence à trembler et le signal de serrer la ceinture de sécurité s’allume. Quand tout se calme, je me dirige vers les toilettes, me lave et mets des vêtements confortables, notamment des pantoufles que j’avais gardées lors de mon dernier séjour à l’hôtel… je retourne à ma place, je mets un masque et les bouchons pour les oreilles. »

5 ème heure, on tente de dormir

Nous sommes proche de Kagoshima au Japon « Je ne peux pas dormir et ça me rend nerveux parce que j’entends dire que nous aurons peut-être un peu de lumière du jour dans les prochaines heures. Par ailleurs, il y a des turbulences régulières et contrairement à ce que l’on m’a dit, l’A350 n’est pas si silencieux ».

9 ème heure, j’ai pu dormir un peu

Nous sommes au-dessus de l’île d’Adak qui est une île proche de l’extrémité occidentale des îles Andreanof, archipel appartenant aux îles Aléoutiennes situées en Alaska. On en apprend des choses. « Je tourne et retourne un peu, mais parviens à dormir environ trois heures, ce qui est un miracle pour quelqu’un qui ne dort jamais dans l’avion. Je dois reconnaître que le siège de 38 pouces et l’inclinaison de huit pouces me donnent l’illusion que je suis un peu allongé.
J’aurais dormi plus longtemps, mais l’un des bébés dans la cabine pousse des cris. J’entends sa mère dire à quelqu’un : « Il va bien, il a juste besoin de son petit-déjeuner. » Vraiment ? Eh bien, moi j’ai juste besoin d’un peu plus de sommeil. »

La dixième heure : film ou collation ?

« Je ne trouve pas de film qui m’intéresse particulièrement, alors je fais ce que tout le monde semble faire et regarde Ocean’s 8 pour la énième fois. Le personnel de cabine offre des collations chaudes dans le menu « Rafraîchissements », mais l’intendant de l’office m’a déjà passé un croissant masala aux pois chiches après ma sieste, donc je passe. Je dis aussi non au gâteau à la mousse de mangue, mais lorsque l’intendant revient avec un jus d’agave qui n’est disponible que sur ce vol, je m’effondre. »

La 11ème heure, on commence à sentir la fatigue

« Je commence à me sentir léthargique, même si je me promène toutes les heures, surtout pour aller aux toilettes. Cette 11ème heure, je m’attarde un peu plus longtemps dans les toilettes pour m’étudier dans le miroir. J’hallucine ! » (Il faut reconnaître que manger un croissant massala aux pois chiches ne doit pas aider à la digestion).

La 12ème heure, on regarde un programme de spa

« Je retourne à mon siège et regarde la vidéo de l’exercice Canyon Ranch. Ce sont tous des exercices que vous pouvez faire à votre place, comme rouler les épaules en avant et en arrière et lever les bras au-dessus de la tête pour étirer le dos. »

La 13 ème heure, une autre pause toilette

C’est dingue le nombre de fois qu’on va aux toilettes… « je fais une autre pause de toilette. Pendant que j’étais là-bas, je vois que l’équipage de cabine a un briefing dans le galet arrière et j’entends les mots « service de repas à l’avance » et « mauvais temps ». Plus tard, je découvre qu’ils déplacent le service du petit-déjeuner au cas où le vol subirait des turbulences causées par l’ouragan Michael. Je ne peux pas décider si je suis impatiente de manger encore ou si je dois m’inquiéter » (laquotidienne.fr avait publié un article sur le sujet).

La 14 ème heure, on continue de regarder la carte

« Alors que je regarde la carte du vol (c’est vraiment assez hypnotisant), ma tête commence à me faire mal, alors je me prends des analgésiques, je bois ma bouteille d’eau. J’ai lu quelque part que vous devriez boire environ cinq litres d’eau sur un vol de 18 heures ou plus. Je pense que je n’ai bu que deux litres depuis mon embarquement et que je suis un peu déshydraté. »

La 15 ème heure, c’est un service de petit déjeuner

« On me sert mon petit déjeuner halal. C’est J’en ai une frittata au poulet et des fruits. Mais j’ai droit également à des mini croissants. »

Les passagers qui le souhaitent peuvent goûter l’offre de Canyon Ranch et son steak de chou-fleur. Bonjour les odeurs…

La 16 ème heure, on aimerait prendre une douche

L’avion est entre Toronto et Montréal. « J’ai vraiment besoin d’une douche. Il commence à faire chaud dans la cabine et je transpire. Je commence aussi à avoir envie de voir du soleil, mais c’est probablement parce que je n’arrive pas à trouver mes affaires, même avec la lampe de lecture personnelle allumée. Je ne suis pas le seul.
Un passager devant moi a cherché ses écouteurs un peu partout. Mes lèvres paraissent gercées. Il faut prendre du baume à lèvre compte tenu de la sécheresse dans la cabine ».

La 17 ème heure, c’est bientôt l’arrivée

« Nous sommes maintenant à New York … 5h29 (heure de l’Est des États-Unis). Atterrissage au sol après une durée de vol totale de 17 heures et 52 minutes. Je suis en bonne santé et impatient de marcher sur la terre ferme. »

Le verdict : un vol comme tous les autres long-courriers

« 18 heures, cela semble beaucoup et c’est vrai, mais malgré quelques expériences intéressantes, le temps a passé très vite pour moi. Le fameux vol direct entre Singapour et New York est une bonne affaire pour les voyageurs qui cherchent à gagner du temps et à éviter les transferts. Et avec un bon siège et une planification préalable au vol, cela pourrait être un rêve … même si vous n’êtes pas en classe business ».

On essayera de trouver un passager ayant voyagé en classe affaire. On doit sûrement pouvoir dormir plus correctement. Mais comme notre témoin, ce fut un vol presque comme les autres.

Serge Fabre





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Alitalia retrouve sa voie : entretien exclusif avec Fabio Lazzerini

Alitalia retrouve sa voie : entretien exclusif avec Fabio Lazzerini

1411 vues
19 novembre 2018 0

C’est à Paris dans les locaux d’Alitalia que le rendez-vous avait été fixé avec...

Une nouvelle commerciale Paris Normandie pour Empreinte

Une nouvelle commerciale Paris Normandie pour Empreinte

942 vues
16 novembre 2018 0

Laurie Brouttier vient d’être nommée Déléguée Commerciale Paris Normandie du tour opérateur Empreinte. Elle...

Antoine Lacarrière entre au Futuroscope

Antoine Lacarrière entre au Futuroscope

1042 vues
14 novembre 2018 0

Antoine Lacarrière vient de rejoindre le Futuroscope en tant que Directeur Commercial, Marketing et...