Rock the Kasbah sans les boulettes


L’exposition Rock the Kasbah rassemble des œuvres contemporaines énergiques et engagées de l’Afrique sub-saharienne à l’Asie du sud-est, en passant par le Maghreb, l’Europe, le Moyen-Orient et les Etats-Unis. Alors que la musique est prohibée par certains discours radicaux, Rock the Kasbah explore son potentiel de contestation, sa dimension spirituelle et sa capacité à mouvoir les corps.

L’exposition met en perspective les pratiques de diffusion sonore dans l’espace public, omniprésentes dans le monde musulman, et la façon dont elles influencent les comportements individuels et collectifs. Elle est aussi un hommage à Barbès et au rôle actif joué par ce quartier parisien pour la diffusion du raï dans les années 1990.

Le groupe punk britannique The Clash enregistre Rock the Casbah en 1982, suite à l’interdiction prononcée par l’Ayatollah Khomeini d’écouter du rock en Iran.

Aux antipodes de l’instrumentalisation dont ce titre a fait l’objet lors de la guerre du Golf, Rock the Casbah est en réalité un hymne joyeux à la fraternité et à la liberté, dénonçant les dérives de l’autoritarisme.

Clin d’œil à cette chanson devenue culte, reprise en 2004 par le chanteur franco-algérien Rachid Taha, la saison Rock the Kasbah présentée par l’Institut des Cultures d’Islam de mars à juillet 2017 est une déferlante d’expressions artistiques et musicales à découvrir en visitant l’exposition éponyme et en participant aux nombreux événements programmés :
concerts, films, débats, ateliers jeune public…

A l’occasion du ramadan, un public familial est convié aux traditionnels Iftars de l’ICI pour des contes et légendes du Maghreb, une conférence dansée par des femmes soufies de Mayotte, un documentaire sur les concours de chant de muezzins de Turquie, une démonstration de derviches tourneurs et une soirée consacrée à l’astre de l’Orient Oum Kalsoum.

Des quatre coins du monde au bitume parisien, c’est Rock the Kasbah à l’Institut des Cultures d’Islam !

Les artistes de l’exposition : Adel Abidin, Philippe Chancel, Hiwa K, Katia Kameli, Jompet Kuswidananto, Christian Marclay, Angelica Mesiti, Magdi Mostafa, Sarah Ouhaddou, Siaka Soppo Traoré, James Webb





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Trois expositions inédites pour une saison japonaise, au Centre Pompidou-Metz

Trois expositions inédites pour une saison japonaise, au Centre Pompidou-Metz

535 vues
22 septembre 2017 0

De septembre 2017 à mai 2018, trois expositions et une dizaine de rencontres, concerts...

Du goudron et des plumes, peut-être ?

Du goudron et des plumes, peut-être ?

660 vues
15 septembre 2017 0

Ils ont peuplé notre enfance et notre imaginaire. Dès la découverte de l’Amérique au...

Tout Madère sans modération

Tout Madère sans modération

674 vues
8 septembre 2017 0

Chaque année, la fête du vin rassemble Madériens et touristes afin de témoigner durant...