Le golfe du Morbihan à tire d’ailes


Une trentaine d’observateurs de 8 structures différentes (collectivités, associations, établissement public) se mobilisent pour démarrer une nouvelle campagne annuelle de suivis des oiseaux hivernants et migrateurs dans le golfe du Morbihan.

A cette occasion les principales structures gestionnaires d’espaces naturels du territoire, Parc naturel régional du Golfe du Morbihan, Réserve Naturelle Nationale des Marais de Séné et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, gestionnaire de la RNCFS du golfe du Morbihan partagent le constat que le golfe du Morbihan s’est fortement dégradé pour l’accueil des oiseaux d’eau.

Le golfe du Morbihan a perdu plus de 30 % de ses oiseaux d’eau hivernants depuis le début des années 1990. Au maximum de la saison 2015-2016, l’effectif total de bernaches, canards, foulques et limicoles ne dépasse plus 70 000 individus.

Une dégradation continue depuis les années 1990

Les oiseaux d’eau sont sans doute la composante du patrimoine naturel la plus étudiée actuellement dans le golfe du Morbihan (et cela depuis de nombreuses années).

Les données disponibles sur une durée longue permettent de suivre l’évolution et de comparer les effectifs et la structure des peuplements sur plusieurs dizaines d’années.

Les résultats des comptages 2017-2018 dans le golfe du Morbihan viennent confirmer les tendances des années antérieures : les conditions d’accueil des oiseaux d’eau migrateurs et hivernants se sont fortement détériorées depuis les années 1990 dans le golfe du Morbihan, et cette dégradation semble se poursuivre.

Les canards et les oiseaux plongeurs dans une situation très défavorable

Les bernaches et canards sont globalement en déclin. C’est particulièrement net pour la bernache cravant (baisse de 50% des effectifs depuis 1991) et le canard siffleur (baisse de 65 % des effectifs depuis 1991).

Ces deux espèces se nourrissent principalement sur les herbiers de zostères naines, espèce dont le statut est mal connu dans le golfe, mais qui semble en diminution.

Les effectifs de la bernache cravant, un des oiseaux emblématiques du golfe, dépasse difficilement les 10 000 individus en novembre, contre près de 30 000 il y a une trentaine d’année.

Les espaces les mieux protégés s’en sortent le mieux

Les secteurs du golfe du Morbihan bénéficiant des statuts de protection les plus forts, Réserve Naturelle Nationale et Arrêté de Protection de Biotope sont ceux qui continuent à héberger la majorité des oiseaux.

Cela peut s’expliquer car déjà au moment de leur création, ces sites étaient les plus intéressants pour les oiseaux d’eau, mais aussi par une meilleure maîtrise de la pression exercée par les activités humaines sur ces sites.

En surface cumulée, ces espaces représentent moins de 10% de la surface du golfe du Morbihan.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Chantilly reçoit de nuit la crème des écuries

Chantilly reçoit de nuit la crème des écuries

550 vues
12 octobre 2018 0

Du samedi 1er décembre 2018 au dimanche 6 janvier 2019, les cavalières de la...

Succès pour l’Or des Pharaons à Monaco

Succès pour l’Or des Pharaons à Monaco

693 vues
28 septembre 2018 0

Sylvie Biancheri, Directeur Général du Grimaldi Forum Monaco, a dévoilé les chiffres de fréquentation...

On passe les Pyrénées et Bim !

On passe les Pyrénées et Bim !

756 vues
21 septembre 2018 0

Regroupant le parc régional des Pyrénées-Ariégeoises, le parc naturel de l’Alt Pirineu et ceux...