Le Carnaval est-il toujours une bonne affaire pour le tourisme niçois ?


Fête populaire à l’origine, le Carnaval de Nice a évolué au cours des dernières années pour devenir un évènement touristique incontournable pour la ville dans une période, février, habituellement creuse en attractivité touristique. La montée en gamme de la qualité de réalisation des chars avec de nouveaux matériaux qui remplacent progressivement le carton-pâte se fait parfois au détriment de la spontanéité populaire qui faisait le charme du carnaval dans le passé.

Tout cela explique la volonté de la ville de pousser à fond la mise en sécurité des différents corsos qui attirent chaque fois des dizaines de milliers de spectateurs.

Une politique sécuritaire particulièrement draconienne, conséquence du 14 juillet, avec portiques et fouilles comme dans les aéroports qui contrarie la fréquentation. Mais au-delà l’évènement et aussi non seulement un apport touristique pour la ville mais aussi et surtout un impact médiatique très important en France et surtout dans le monde.

Pour Denis Cippolini, président des hôteliers de Nice Côte d’Azur : l’évènement reste incontournable et les premiers chiffres le confirment. Il constate le retour des chinois, des belges et des Allemands et un surcroît de réservation de dernière minute.

La diffusion sur BFM en direct du corso nocturne a provoqué un intérêt pour la manifestation. Mais il observe également que les séjours à Nice sur 3 et 6 nuits misent également les autres manifestations locales comme la fête du citron à Menton du Mimosa. Les touristes basé à Nice en profitent pour aller à Cannes, Grasse voire Monaco.

Le taux d’occupation dans l’hôtellerie durant les semaines du carnaval varie de 60 à 70 % en semaine jusqu’à 90 % le week-end.

Le président des hôteliers niçois évalue à 1 000 à 1 200 chambres de plus par jour dans la ville soit 18.000 nuitées supplémentaires. Des touristes qui dépensent une moyenne de 100 euros par jour.

Durant le carnaval, l’office de tourisme accueille une centaine de professionnels du tourisme (TO, agents de voyage, journalistes venus des 4 coins du monde). Certaines entreprises asiatiques invitent à la manifestation leurs employés en voyage incentive.

Environ 300 médias dont un tiers d’étrangers relaient l’évènement. Des retombées difficilement quantifiables qui agissent fortement sur l’image de la ville à travers le monde.

Michel Bovas





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Projet Boost : Comment Air France peut-elle s’en sortir ?

Projet Boost : Comment Air France peut-elle s’en sortir ?


24 mai 2017 3

Comment faire entrer un carré dans un rond, voilà le défi de la direction...

Reprise des vols Nice-Milan avec Twin Jet

Reprise des vols Nice-Milan avec Twin Jet


24 mai 2017 0

A partir du 30 juin prochain et jusqu’au 27 août 2017, Twin Jet reprend...

L’aéroport de St Tropez retrouve son trafic international

L’aéroport de St Tropez retrouve son trafic international


24 mai 2017 0

Bonne nouvelle pour l’aéroport de St Tropez La Mole, géré par la Société des...