L’ Andalousie au grand complet sur le devant de la Seine


L’Espagne est à Bordeaux pour 2 jours, aujourd’hui et demain, mais l’ Andalousie, elle, est à Paris, sur les quais de Seine plus précisément, aux pieds de la Tout Eiffel, depuis le 8 juin et jusqu’au 13.

Pour cette semaine de promotion tous azimut, tous les publics sont espérés, y compris les professionnels et il y aura des animations extrêmement variées, du spectacle aux ateliers d’initiation à la gastronomie.

Toutes les régions de la province seront là aussi, histoire de monter aux visiteurs que l’ Andalousie, ce n’est pas seulement le littoral, Grenade, Séville, Cordoue ou Cadix.

Elles veulent le faire savoir ! C’est normal.

« C’est un destination complète », soulignait d’ailleurs Antonia Moro, Vice Ministre du Tourisme et du Commerce andalou, lors du déjeuner de présentation de l’opération parisienne aux professionnels français.

Chaque région a en effet de quoi séduire les Français, amateurs de golf, de culture, de gastronomie, de randonnées ou d’échappées hors des sentiers battus… il y en a pour tous les goûts :

Ce que les Français semblent avoir compris justement.

En 2014, sur les 8,5 M de visiteurs étrangers, 1,06 M d’entre eux était Français, en hausse de 13, 7 % par rapport à 2013, soit presque une progression 2 fois plus forte que celle de la clientèle internationale (7,8 %).

Si l’on s’en tient aux 1ères statistiques de 2015, la fréquentation des Français était encore en hausse de 11,2 % au mois d’avril, avec 114 500 visiteurs, quand les visiteurs internationaux reculaient de 3 %.

Sur le cumulé des 4 premiers mois 2015, là encore on voit le nombre de nos compatriotes progresser de 12,8 %, à 277 734.

Rien d’étonnant si la France est aujourd’hui le 3ème marché émetteur derrière l’Allemagne et le Royaume Uni. Rien d’étonnant non plus si l’ Andalousie essaie de faire vivre cette dynamique en montant des opérations marketing de grande envergure, en particulier à Paris.

andalousie-2Cela étant, cette présence unanime des différentes régions andalouses est l’élément clé de la politique touristique provinciale, voire nationale.

En mettant en avant les capacités touristiques de l’ensemble de la destination, et pas seulement les spots habituels, comme le littoral, Grenade, Séville, Cordoue ou Cadix, il s’agit aussi de redistribuer les recettes et l’emploi touristiques à travers toute l’ Andalousie.

Avec un taux de chômage parmi les plus élevés d’Espagne, le tourisme est évidemment la source de croissance la plus sûre et la plus efficace car le potentiel est là, simple héritage d’une histoire extraordinaire, cadeau généreux de la nature ou fruit du travail des générations qui se sont succédées.

Or, il se trouve que le visiteur français est le touriste qui s’intéresse le plus aux destinations qu’il visite. De plus ses motivations sont également très diversifiées.

En Espagne, où la fréquentation française a dépassé les 10,5 M en 2014, nos compatriotes ont été près de 6,5 M à s’intéresser à la culture, le shopping en a attiré plus de 5 M, la gastronomie plus de 2,2 M, les sports plus de 1,2 M… mais ils ont été aussi très nombreux à visiter les parcs d’attractions, les boites de nuit, les spas, les casinos…

Bref, chacun pouvant faire plusieurs visites dans un même séjour, cela donne un touriste assez rentable, sinon opportunément dépensier.

D’où l’intérêt andalou pour le marché français… d’autant plus que la crise rend la destination à la fois compétitive et très attractive ; d’autant plus aussi que certaines de ses concurrentes s’enfoncent dramatiquement et sans retour à court terme.

Car, on le sait bien, une fréquentation touristique en hausse conséquente et durable justifie vite l’investissement dans les infrastructures : de quoi rééquilibrer le développement andalou qui reste probablement encore trop concentré sur les quelques grandes zones touristiques de la province.

Étant donné l’augmentation actuelle de la clientèle française en Andalousie, l’idée des autorités provinciales paraît plutôt bonne.

Comme dit l’adage, battons le fer tant qu’il est chaud.

Et puis, l’expérience montre que les idées simples sont toujours celles qui marchent le mieux.

Bertrand Figuier





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Tourisme : La Tunisie retrouve le sourire

Tourisme : La Tunisie retrouve le sourire

1182 vues
17 décembre 2018 0

René Trabelsi recevait à déjeuner vendredi dernier chez Drouant la presse professionnelle touristique française...

Brittany Ferries, une 1ère manche contre le Brexit

Brittany Ferries, une 1ère manche contre le Brexit

1406 vues
14 décembre 2018 0

Côté tourisme, Brittany Ferries affiche ses ambitions : être le premier TO européen sur...

75 ans de transport aérien moderne : retour vers le futur

75 ans de transport aérien moderne : retour vers le futur

1698 vues
13 décembre 2018 0

On peut dater la naissance du transport aérien moderne au 7 décembre 1944 avec...