Ignorance et paranoïa en vol, jusqu’où s’arrêteront-ils ?


Tout commence avant le départ, lors des formalités de sécurité. Difficile de se sentir serein en pensant à tout les objets qui sont interdits ou font l’objet d’un traitement spécifique : une bouteille d’eau minérale, un canif, un coupe ongle, votre mousse à raser, des médicaments, votre ordinateur vos appareil électroniques. Des objets usuels qui sont considérés comme pouvant être de terribles dangers potentiels. Voire des armes terrifiantes.

Bien sûr, les services de sécurité sont utiles et efficaces.

L’autorité américaine de sécurité, le TSA précise avoir trouvé le semaine dernière 81 armes à feu dans les bagages à main de passagers au départ. 74 étaient chargées. Egalant ainsi le précédent record en ce domaine mais qui concernait l’ensemble du mois d’août 2016.

Ce qui dans l’esprit de certains conduit à la logique aussi imparable qu stupide. Le vol peut-être attaqué par des terroristes. Il faut donc pouvoir se défendre.

Concrètement, cela signifie que des voyageurs se préparant leur départ ont allègrement vérifiés et chargés leurs armes avant de les ranger dans leur bagage à main.

Bien sûr, ils devront sans doute régler une forte amende. Mais, le délit le plus important qui devrait figurer sur leur casier judiciaire est celui d’une incommensurable bêtise.

La loi américaine devrait leur interdire à vie de prendre l’avion. Mais, rien n’est moins sûr lorsque l’on connait le rapport des américains avec les armes à feu. La N.R.A* veille (* National riffle association. Le lobby pro armes américain.)

Toujours dans la rubrique, les fous en liberté semblent être de plus en plus nombreux en amérique.

Ce qui s’est passé cette semaine à l’aéroport de La Guardia à New York démontre cet excès la tyrannie du principe de précaution.

Tôt le matin, l’information “fermeture du terminal B” a été largement diffusée, suivie d’une seconde information :“Chaos sur les voies d’accès de l’aéroport.”

Un communiqué a été diffusé : Trois agents de sécurité être entrés en contact avec une substance inconnue lors de l’inspection d’un sac.

Ce qui a suffit à générer le désordre précisé ci-dessus. Les agents contaminés ont été évacués d’urgence vers l’hôpital le plus proche. Ce qui a suffit à créer des gros titres du style : « 3 agents de sécurité de  l’aéroport de la Guardia intoxiqué suite à la diffusion de produits inconnus. » ou encore un peu plus sobrement : « Substance suspicieuse découverte à la Guardia. »

Vous avez dit substance effrayante la situation était digne d’un mauvais film de série B. 

Faisons retomber l’insoutenable pression, la poudre ayant crée ce vent de panique à été rapidement décrite par les laboratoires d’expertise de la police de New York comme étant un produit culinaire aromatique « non explosif » mais hautement aromatique. Des épices.

Mais, la paranoïa n’affecte pas seulement les formalités de départ.

Récemment, un autre incident est survenu juste avant le départ d’un vol Southwest Airlines.

A son bord se trouvait Khairuldeen Makhzoomi (photo), natif d’Irak, il est aujourd’hui chercheur à la prestigieuse université de Berkeley. Il venait de participer à un dîner avec le secretaire Général de L’O.N.U.

Un passager l’a entendu parler arabe au téléphone. Il a été débarqué manu military de l’avion. Il fut questionné par un agent du F.B.I. et ses bagages furent ouverts et inspectés devant tous les passagers.

Ce qui lui fut reproché, c’est d’avoir terminé sa conversation téléphonique par le mot Inch’ Allah, ce qui signifie « A dieu vat. »
Pas vraiment suspect pourtant.

Lors de l’interrogatoire un autre passager affirma avoir entendu la locution « As-salam’ alaykoum » terrible phase signifiant « que la paix soit avec toi. »

Les témoins étaient persuadés que c’était la l’imprécation rituelle avant toute attaque suicide.

Alors paranoïa ? ou ignorance crasse ? Avec les américains tout semble toujours possible.

Le seconde version semble plus vraisemblable car Southwest fit un commentaire assez explicite : « M. Makhzoomi a été débarqué car il a exprimé des commentaires potentiellement effrayants. Nous ne débarquons jamais un passager sans raison valable préalablement définie dans nos procédures

A moins que ce soit du politiquement correct. Pratique récurrente inventée aux U.S.A et dont le développement est devenu exponentiel dans le monde entier. God bless Southwest Airlines.

Il semblerait que M. Makhzoomi attende toujours de vraies explications de la part de Southwest Airlines.

Il est un peu naïf. On  voit bien qu’il n’est pas né aux Etats Unis.

En conclusion, je ne résisterai pas au plaisir de citer l’écrivain américain Hunter S. Thomson qui précisait « paranoïa est juste un autre mot pour ignorance. » Un homme atypique qui a toujours démontré des capacités intellectuelles et une culture hors normes.

C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles il s’est suicidé en 2005.

François Teyssier





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Les touristes touchent Paris du doigt pour les fêtes

Les touristes touchent Paris du doigt pour les fêtes

901 vues
14 décembre 2017 0

Atout France et l’Office de Tourisme et des Congrès de Paris lancent cet hiver...

La Sncf mélange des Geeks et des Cheminots

La Sncf mélange des Geeks et des Cheminots

768 vues
13 décembre 2017 0

La SNCF a inauguré hier mardi à Lyon un nouvel espace consacré à l’innovation...

Ces assistants virtuels qui vont bientôt eux aussi vendre du voyage

Ces assistants virtuels qui vont bientôt eux aussi vendre du voyage

2010 vues
8 décembre 2017 0

Siri, Alexa, Echo, Google home, Cortana de Microsoft …. Les grandes sociétés du web...