EDV : JP Mas veut étendre l’influence des professionnels du tourisme


Le président des EDV (Entreprises du Voyage) n’a rien perdu de sa combativité. Hier, juste après l’assemblée générale du syndicat et sa réélection pour trois ans, comme président, il a réaffirmé sa détermination à porter les grands sujets de la profession à leur termes et dans les meilleurs délais. Parmi ces grands sujets, la question de la directive européenne, les nouveaux critères iata, le projet de Confédération du tourisme ou encore la communication vers le grand public. Il a en outre dévoilé le lieu et la date du prochain congrès : à Lille, du 22 au 24 novembre prochain.

« Je ne veux pas faire de politique mais la sortie de l’Euro (le retour au franc) serait catastrophique pour notre profession de même que le rétablissement des frontières  » a t-il expliqué à la tribune, hier après midi arguant que la dépréciation du franc, estimée à 20 % en cas de sortie de l’Euro, conduirait mécaniquement à se « qu’envoyer des français à l’étranger coûterait 20 % plus cher« .

Pour l’heure, le président a reconnu que tous les voyants était au vert tant en termes financiers (avec notamment un excédent de 98 571 euros pour 2016) qu’en terme d’augmentation du nombre de ses adhérents passé à 1 375 sociétés membres contre 1 323 en 2015.

« Nous nous sommes modernisé, nous sommes désormais mieux adapté « .

L’ancien syndicat des agents de voyages devenu Les Entreprises du Voyage a ainsi obtenu de très bons résultats avec certes une hausse des cotisations, finalement jugée légitime par les cotisants, mais également avec une nouvelle organisation en interne et des relations pacifiées avec l’ensemble des organisations périphériques telles le Seto, l’Apst et tous les acteurs institutionnels du tourisme français au premier rangs desquels Air France ou la Sncf entre autres.

« Il nous reste encore du chemin à parcourir » reconnaissait Jean Pierre Mas et notamment améliorer la représentativité du syndicat (qui ne touche encore que 50 % des immatriculés), résister au rouleau compresseur iata (en faisant appliquer les contrats signés et peut être avec l’arbitrage de l’Autorité de la concurrence) ou encore expliquer sa mission de service auprès du grand public.

Il dispose en tout cas désormais d’une enveloppe pour sa communication mais devra toujours compter sur la lucidité, la compétence et la pugnacité de ses collaborateurs pour faire entendre sa voix auprès des autorités françaises et évidement auprès du législateur européen.

PR





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

2017 une année record pour le tourisme mondial

2017 une année record pour le tourisme mondial

1476 vues
17 novembre 2017 1

La demande de tourisme international est restée élevée pendant la haute saison estivale de...

L’étrange stratégie de Qatar Airways

L’étrange stratégie de Qatar Airways

2488 vues
16 novembre 2017 1

Décidément il est de plus en plus difficile de comprendre la stratégie de Qatar...

Les hôteliers niçois soignent leurs forfaits Carnaval 2018

Les hôteliers niçois soignent leurs forfaits Carnaval 2018

1087 vues
16 novembre 2017 0

Découvrir le Carnaval de Nice et par la même occasion la destination Côte d’Azur...