Notre Dame Des Landes est définitivement abandonnée


Le Gouvernement vient d’acter une décision claire sur un sujet miné depuis plusieurs décennies : il arrête définitivement le projet de l’aéroport Notre-Dame-des Landes dans l’agglomération nantaise. Matignon a informé les élus locaux, peu avant une déclaration du Premier ministre Edouard Philippe à la sortie du Conseil des ministres hier à l’Elysée.

« C’est officiel. C’est abandonné« , a ainsi déclaré Philippe Grosvalet, président du syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest et président du conseil départemental de Loire-Atlantique.

Pour Richard Ferrand, président du groupe « La République en Marche » à l’Assemblée nationale : « Enfin, une décision a été prise après plusieurs décennies de tergiversations. La méthode du Premier ministre Edouard Philippe et du Gouvernement, à savoir une large concertation, une synthèse des positions de tous les acteurs et une prise de décision claire a permis de sortir de l’impasse ».

L’alternative devrait être d’aménager l’actuel aéroport Nantes-Atlantique, comme l’envisageaient des médiateurs dans leur rapport remis le 13 décembre dernier.

Malgré les multiples rejets des recours en justice des anti-aéroport, le soutien au projet d’une majorité des élus de Bretagne et des Pays-de-la-Loire, et un référendum consultatif local favorable (55,17 %) en Loire-Atlantique en juin 2016, l’exécutif a préféré lâcher « NDDL ».

Né dans les années 60, relancé en 2000, attribué à Vinci par appel d’offres en 2010, l’aéroport « du Grand Ouest » a traversé un demi-siècle pour finalement devenir le symbole des atermoiements du quinquennat Hollande et le conflit environnemental le plus emblématique du pays.

Edouard Philippe (photo ci-dessus), qui a rencontré plus de 100 élus de l’Ouest depuis début janvier et s’est rendu discrètement samedi à la mairie de Notre-Dame-des-Landes, avait reconnu mardi, devant les députés LREM, la difficulté de trancher.

« Quelle que soit la réponse, elle sera mauvaise car elle fera des mécontents« , a-t-il admis.

Malgré l’abandon, l’exécutif s’est engagé à évacuer la ZAD.

Des renforts de sept escadrons de gendarmerie mobile, soit plus de 500 hommes, sont attendus sur place, avec pour objectif de quadriller la zone et procéder à des contrôles afin d’éviter l’arrivée de civils dans la Zad.

« Le développement économique du Grand Ouest est garanti par le Gouvernement, grâce au réaménagement de Nantes-Atlantique, de Rennes et de Saint-Nazaire qui permettra l’accroissement du trafic aérien dont le territoire a besoin pour se désenclaver » a précisé le premier ministre. 

L’évacuation de la ZAD, qui n’a désormais plus de raison d’être, permettra de rendre aux agriculteurs leurs terres et aux riverains leur tranquillité.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Une Croatie au beau fixe

Une Croatie au beau fixe

968 vues
21 février 2018 0

Plus de 540 000 touristes français ont visité la Croatie en 2017, pour près...

Bali, toujours pas tranquille avec le volcan

Bali, toujours pas tranquille avec le volcan

1253 vues
20 février 2018 0

Il ne faut pas s’affoler mais le volcan sur le mont Agung fait à...

Sainte Hélène, une destination qui prend de l’ampleur

Sainte Hélène, une destination qui prend de l’ampleur

1249 vues
19 février 2018 0

Destination branchée, je ne sais pas, mais reliée c’est désormais une évidence. L’île qui...