Comment à l’ IFTM j’ai pas fait tapisserie !


Grand bonjour à tous ! Oui je sais, ça faisait un bout de temps que je n’avais pas écrit. La rédaction de La Quotidienne se demandait si je faisais la gueule. Mais non ! Je ne fais jamais la tête… enfin, parfois un peu mais bon. Quand tu dois modifier une résa 4 fois de suite car la compagnie est en grève… c’est clair que tu as envie de mettre des claques au premier venu.

Bon j’arrête sur ce sujet car je ne dois pas être la seule à vivre ces problèmes. Vous ne le croirez pas, mais ma chef d’agence m’a donné une « autorisation exceptionnelle » pour aller sur TopResa (heu.. il parait qu’il faut dire IFTM maintenant).

Je croyais tout de même que les vendeurs étaient conviés prioritairement. Mais non, il parait que c’est surtout les patrons qui se croisent. C’est ce que m’a raconté une nouvelle collègue de l’agence. Je vais vérifier !

Il parait qu’avant, ce salon se tenait à Deauville. Ce devait être un peu plus glamour que la Porte de Versailles. En plus pour arriver au salon, vous devez marcher un bout. J’en dis pas plus car certains amis vont croire que j’ai passé la quarantaine. Le salon annonce sa 39 ème édition et je peux vous dire que je n’étais pas née lors du premier événement.

Bien. J’ai fait une petite liste des personnes et des stands que je tenais à visiter car on est vite perdu quand on va dans ce grand salon à Paris.

Déjà, je vais faire ma première critique. Pour trouver un stand, il faut vraiment chercher. La signalisation est mal foutue. Il y a bien des allées avec de grosses lettres mais les stands ne sont pas tous numérotés et donc, il faut parfois chercher une aiguille dans une botte de foin.

C’est ce qui m’est arrivée quand j’ai voulu aller au stand Finnair. Ma responsable d’agence m’avait confié un problème à résoudre avec cette compagnie.

En fait, Finnair partageait un petit box avec les compagnies d’IAG. Franchement, c’est un peu pingre surtout pour le groupe anglais qui pouvait se permettre autre chose.

J’ai tout de même fini pas rencontrer Javier Roig, qui s’occupe de toute l’Europe du Sud. Il m’a accueilli comme si j’étais une grande patronne. Haha, cela fait du bien à son égo. Non ? Je dois avouer qu’il est plutôt mignon et même efficace. Il a résolu quasi immédiatement le problème. J’étais vraiment soulagée et ma responsable ne va pas regretter de m’avoir envoyé au salon !

Après cette rencontre, je suis allée un peu au hasard. C’est la seule façon de découvrir les tendances. L’Asie était vraiment bien représentée. Je suis passé devant plusieurs représentants de l’Inde.

Ensuite je suis passée devant le grand espace réservé au Sri Lanka (j’ai même pris une photo d’un groupe de danseurs).

La Thaïlande avait également un stand important mais pas de danseuse haha !. Les réceptifs qui occupaient l’espace étaient vraiment très sérieux. Je garde un tellement bon souvenir de mon voyage dans ce pays. Je vous en avais parlé, mais c’est une autre histoire.

J’ai adoré voir le stand du Japon. C’est un pays que j’adorerais découvrir. J’ai été surprise par le très grand nombre d’agences réceptives sur les destinations présentes. C’est un point à noter !

Je dois reconnaître que lorsque vous visitez le salon vous ne savez plus où porter votre regard.

Par contre, j’étais un peu gênée pour aller poser une question ou obtenir une affiche. Je ne sais pas si vous avez la même impression mais les personnes qui exposent derrière leur comptoir ne semblent pas avoir envie de parler ou de sourire. Je ne veux pas généraliser, mais c’est ce que j’ai ressenti.

L’ambiance est très différente quand vous allez vers les TO qui ont des stands plus ouverts. Il faut dire qu’ils sont en terrain connu.

Je suis passée rapidement devant le stand TUI très encombré mais je n’ai vu personne que je connaissais. Tout devient un peu impersonnel.

Par contre presqu’à coté, il y avait Misterfly avec le grand et beau Carlos qui offrait de petites valises par tirage au sort. Mais honnêtement on n’utilise pas cette agence pour notre billetterie. Et puis la grenouille est partie en Espagne. Quel désastre.

Je suis allée voir les amis de Salaün. C’est un TO que nous revendons bien. Ils sont hyper sérieux. J’ai pu causer avec Peggy la commerciale Rhône-Alpes que j’avais déjà rencontré.

Je suis une fan de l’Asie et je me devais d’aller voir Asia. Ils ont des produits fantastiques. J’ai été reçue avec beaucoup de gentillesse par le directeur des ventes, Michel Tissier. 

Je vais terminer par un de nos fournisseurs. C’est Resaneo. J’ai été accueillie avec beaucoup de gentillesse et de simplicité par un des patrons, Jean Pol Leclerc.

Il a pris le temps de me faire une démo de la future version du site. C’est vraiment génial et j’ai hâte que nous l’ayons dans notre agence.

Jean Pol m’a indiquée qu’ils vont ajouter le car en plus du vol et du train. On a parfois des demandes mais je dois dire qu’aujourd’hui on n’en prend pas. Si le système de Resaneo est simple, pourquoi pas ?

J’aurais aimé vous en dire d’avantage mais on va dire que j’en rajoute.

C’est un peu dommage que beaucoup de vendeurs ne puissent venir dans ce salon qui reste le plus important en France. C’est aussi important que d’avoir une formation. Je suis ravie d’être venue. Mais le temps passe trop vite. Il faudrait au moins deux jours pour tout découvrir.

Et je vous parle pas de mon mal aux pieds …
Allez, Bisous à tous et à toutes. Et bonne semaine !

Julie Labrune. 28 ans
Conseiller en Voyages





    3 commentaires pour “Comment à l’ IFTM j’ai pas fait tapisserie !

    1. Tu vois Julie , je ne suis pas allé à Top Resa cette année et ni les autres futurs IFTM comme on dit maintenant et je ne regrette rien.
      Ton billet est intemporel, tu pourras l’écrire de nombreuses fois encore .
      Les techniques ont changé , le modèle économique aussi , mais les acteurs conserveront toujours les mêmes comportements.
      Cette profession , à laquelle j’ai adhéré de nombreuses années , reste identique.
      Les profils sont ceux que j’ai connus il y a trente ans et qqs. Les destinations rapetissent au fils des crises.
      Les modes de transport terrestres ont évolué , on va toujours plus vite pour arriver plus en retard maintenant. Perte de temps aux aéroports mais gains de temps à la découverte du pays , les circuits ayant considérablement raccourci faute de temps ou d’argent.
      Grâce à Internet on est mieux informé mais par pour autant cultivé.
      Par principe de précaution les lois défendent mieux les consommateurs et les CGV sont plus longues que les descriptifs d’hôtels .
      Bref tout ça pour te dire que ton billet est toujours d’actualité pour moi et que seule une chose a changé : la couleur de mes cheveux

      • Je ne sais pas si le commentaire de Chupa chups est ironique, n’empêche que ça fait du bien d’avoir, quelques fois, les impressions de la base. Ceux qui font le métier.
        A ma connaissance personne de laisse jamais la »vraie » parole aux agv. Bonne journée.
        PL

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Comment la charentaise, ben c’est pas forcement ringard !

Comment la charentaise, ben c’est pas forcement ringard !


12 juillet 2017 1

Coucou les p’tits loups, je rentre de quelques jours à la plage et cela...

Comment moi aussi je peux montrer les crocs en réunion, hein ?

Comment moi aussi je peux montrer les crocs en réunion, hein ?


23 mai 2017 4

Salut mes p’tits bouchons (gratinés ?!). Aujourd’hui c’est un petit coup de gueule que...

Comment 2027 sera l’Odyssée de l’espèce pour le voyage

Comment 2027 sera l’Odyssée de l’espèce pour le voyage


20 avril 2017 0

Coucou les chouchous. Le dialogue ci-après est une pure fiction. Mais c’est peut-être ainsi...